RSE de l’ONATEL SA à Banfora : Des salles de classes pour normaliser l’école Toungouéna B

389 0

La compagnie des télécommunications ONATEL SA a procédé à la remise d’un bâtiment flambant neuf de trois salles de classe à l’école primaire publique Tougouéna B le lundi 7 décembre 2020 à Banfora. Avec d’autres commodités nécessaires au meilleur encadrement des élèves, l’ensemble du don est estimé à plus de 70 millions de francs CFA.

Autrefois contrainte aux recrutements biennaux, l’école Toungouéna B de la ville de Banfora est désormais normalisée grâce à la bonne générosité de la compagnie des télécommunications ONATEL SA. Le réseau qui couvre 63 localités du pays avec la technologie 4G a procédé à la remise officielle de trois salles de classes éclairées, ventilées et équipées en tables-bancs, de bureaux et d’armoires ; un magasin ; un forage de 6,5m; des latrines et des kits scolaires pour 500 élèves à cette école.  L’ancien bâtiment initial de trois salles quant à lui a été entièrement rénové pour donner fière allure à cet établissement.

L’ensemble du don est estimé à plus de 70 millions de francs CFA. Tandis que le coût global des investissements et autres actions citoyennes réalisées par ONATEL SA à l’occasion du 60ème anniversaire de la fête de l’Indépendance du Burkina se chiffre à plus de 600 millions de francs CFA.

Ces activités d’amélioration des services et de financements d’actions citoyennes s’inscrivent dans le cadre de la responsabilité sociétale d’entreprise de l’ONATEL SA .

Résorber les écoles sous paillotes

« C’est tout à fait logique que l’ONATEL au vu de sa stature apporte sa contribution à la construction de l’œuvre commune au développement économique et social de notre pays. Car il est de notoriété publique que ONATEL est l’opérateur le plus proche de la population », affirme le Directeur général Sidi Mohamed Naïmi.

Le président de l’APE Yaya Traoré : Portrait de l’école avant l’appui de l’ONATEL

“Depuis sa création en octobre 2012, l’école Toungouéna B ne comptait que trois classes. Les recrutements jusqu’à cette année étaient donc biennaux. Par conséquent, les classes de CP2, CE2 et CM2 y étaient exclues. Pour pallier cette insuffisance tout en gardant les  élèves dans un cadre d’apprentissage régulier, l’école a plusieurs fois été contrainte de laisser passer en classe supérieure, des élèves non méritants. Faute de cuisine, les repas de la cantine étaient préparés dans des conditions extrêmements difficiles. Aussi, les enseignants et les élèves se côtoyaient dans les latrines. Nous remercions l’ONATEL grâce à qui ces difficultés relèvent désormais du passé”.

Pour le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) Stanislas Ouaro, ce don va accroitre la capacité d’accueil des enseignants tout en soulageant les parents d’élèves des longues distances qu’implique la recherche d’établissements scolaires normalisés. D’où ses sincères remerciements à l’endroit des donateurs qui ont compris que l’engagement des partenaires s’avère nécessaire pour l’atteinte des objectifs de résorption des écoles sous paillottes au Burkina. « Une seule main ne peut ramasser la farine », illustre-t-il.

En plus du MENAPLN, le processus du don a aussi impliqué la participation des autorités locales de la région.

S’exprimant au nom des bénéficiaires, le président de l’association des parents d’élèves (APE) Yaya Traoré n’a pas caché ses émotions. « C’est un véritable soulagement et une joie immense pour l’ensemble de la communauté éducative », a-t-il confié.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *