Education nationale : Retour sur le temps d’enseignement de l’année 2019-2020

461 0

Un atelier de concertations entre des acteurs du monde éducatif, s’est tenu ce lundi 14 décembre 2020 à Ziniaré et portait sur le mécanisme de suivi du temps d’enseignement opéré dans les régions de l’Est, des Hauts-Bassins et du Sahel. Les participants ont procédé à l’adoption du rapport 2020 de suivi du temps d’enseignement et ont émis des recommandations pour l’amélioration du mécanisme.

Le suivi du temps d’enseignement est un projet qui s’inscrit dans la dynamique du programme de modernisation de l’administration et qui est expérimenté depuis 2016 au niveau des Hauts-Bassins, de l’Est et du Sahel. Selon les explications de Kalifa Traoré, secrétaire général du Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENA), ce projet qui est arrivé à sa fin a consisté à suivre « le temps passé avec les élèves en classe et également le temps de cours perdu ».

Pour lui, ce projet test vise à améliorer la qualité de l’enseignement dans le sens où il s’agit de voir quel est l’écart entre ce qui est prévu théoriquement et ce qui se passe réellement par rapport au calendrier scolaire. Cette expérimentation est un préalable au lancement d’un second projet du même genre qui sera cette fois-ci déployé à l’échelle nationale.

Pour 40 % des écoles initialement prévues pour faire au moins 700 heures de cours par an, Kalifa Traoré a expliqué qu’avec les avènements du COVID-19 et de l’insécurité, les différentes simulations décrites dans la méthodologie prévoyaient que  les classes intermédiaires devraient réaliser au moins 481 heures dans l’année et les classes d’examen,  au moins 613 heures.

52% des écoles ont atteint leur cible mais…

D’après le rapport, 52,9% des écoles des 3 régions ont atteint leur objectif au cours de l’année scolaire 2019-2020 pour une cible attendue de 40%. Des taux de réussite de 77,1% dans les Hauts Bassins, 30,1% à l’Est et 13,2% pour le Sahel ont été réalisés. Pour le secrétaire général du MENA, des efforts doivent être faits pour rehausser le niveau au Sahel.

Kalifa Traoré a jugé le niveau atteint satisfaisant mais il est en deçà des 75,97% de performance réalisés pendant l’année 2018-2019.

Au terme de l’atelier, le rapport 2020 a été adopté.  

En attendant la prochaine phase qui concernera toutes les écoles du Burkina Faso, les participants ont plaidé pour l’outillage des acteurs des écoles en matériels informatiques et également pour l’usage des TIC pour le suivi du temps d’enseignement.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *