conférence annuelle

Modernisation du service des impôts au Burkina : Les acteurs en conclave à Ouagadougou

1156 0

La direction générale des impôts organise du 16 au 18 décembre 2020 à Ouagadougou sa 9e conférence annuelle. Le thème retenu pour cette année est « Quelles réformes institutionnelles pour une DGI moderne, performante et orientée usagers ? ».

La conférence annuelle de la DGI est une tribune qui permet aux travailleurs d’échanger sur les préoccupations relatives au fonctionnement de l’institution. Cette année,  le thème retenu est « quelles réformes institutionnelles pour une DGI moderne, performante et orientée usagers ? ».

Ainsi, du 16 au 18 décembre 2020, les travailleurs de la direction générale des impôts (DGI) vont se pencher sur les défis à relever au niveau institutionnel et organisationnel de la structure dans un monde en perpétuel changement.

La direction générale des impôts organise du 16 au 18 décembre 2020 à Ouagadougou sa 9e conférence annuelle
La direction générale des impôts organise sa 9e conférence annuelle

De plus, le Directeur général des impôts, Moumouni Lougué, a rappelé que cette 9e conférence s’inscrit dans la vision du plan stratégique de la DGI 2017-2021. En effet, ce plan prône l’accroissement de la mobilisation des ressources et la satisfaction des contribuables.

Lire également 👉Burkina : La direction générale des impôts affûte ses armes pour l’avenir

 « Il s’agit de réfléchir sur comment l’autorité pourrait accompagner la DGI afin qu’elle puisse mobiliser davantage des ressources pour le financement du développement et faciliter des réformes consensuelles au plan normatif et institutionnel. Les participants auront donc à identifier les défis majeurs à relever avec efficacité et clairvoyance. C’est dans cette optique que trois jours seront consacrés au diagnostic de l’organisation de la DGI et aux propositions de solutions idoines pour relever les défis identifiés. Oser le changement devient donc un devoir », a souligné le Directeur général des impôts.

Le ministre en charge des finances, Lassané Kaboré, a insisté sur la modernisation des méthodes de travail de l’administration.

…il y avait pas les Bitcoins quand nous avons créé la DGI…

 « Il est plus qu’impérieux pour nos administrations de moderniser nos outils et méthodes de travail grâce aux opportunités et autres possibilités que nous offrent les nouvelles technologies afin d’offrir le meilleur service à nos contribuables. Le changement est toujours nécessaire. Aujourd’hui, lorsqu’on nous regardons dans notre environnement, il y a beaucoup de changement et de mutations en termes de produits taxables. Souvent, je le dis, il n’y avait pas les Bitcoins quand nous avons créé la DGI. Aujourd’hui, le Bitcoin est une réalité. Nous devons donc travailler aussi bien sur d’autres aspects tels que le cadastre fiscal. Nous devons donc travailler à revoir sans complaisance en regardant quelle meilleure organisation nous allons mettre en place au niveau de la DGI pour que cette direction puisse bien sûr assumer convenablement sa mission. Ce n’est pas une réforme qui sera imposée. Cette une réforme qui se fera avec les acteurs de la DGI », a-t-il indiqué.

« Quelles réformes institutionnelles pour une DGI moderne, performante et orientée usagers ? »
« Quelles réformes institutionnelles pour une DGI moderne, performante et orientée usagers ? »

Cependant, il a invité les participants à une analyse sans complaisance du cadre institutionnel et organisationnel actuel de la DGI et à faire des propositions de réformes.

…Cette taxe sur les affaires financières vient remplacer au fait la TVA…

Par ailleurs, à partir du 1er janvier 2021, il est institué dans le dispositif fiscal une taxe dénommée Taxe sur les activités financières (TAF).

Moumouni Lougué a précisé qu’il s’agit juste d’une réforme de la TVA. « Dans le secteur bancaire et financier, il y a la TVA. Cette taxe sur les affaires financières vient remplacer au fait la TVA. Le Burkina Faso était le dernier pays en plus de la Guinée Bissau dans l’espace UEMOA à être toujours dans le système TVA. Donc nous rejoignons en fait les autres pays qui ont déjà cette taxe sur les affaires financières. En réalité, c’est en remplacement. Le taux est plus faible que celui de la TVA. Le taux est de 17 et 15% alors que la TVA,  c’est 18% », a-t-il expliqué.

Il a laissé entendre qu’il n’y aura pas « d’incidence dommageable » sur les clients des institutions financières.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *