Burkina Faso : La première édition du Salon national du miel se tient du 17 au 19 décembre 2020

569 0

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), de concert avec le Secrétariat technique de l’apiculture et l’Interprofessionnel miel organise, du 17 au 19 décembre 2020 au SIAO, à Ouagadougou, la 1re édition du Salon national du miel (SANAM). Cet évènement est couplé à la célébration de la journée mondiale de l’abeille (chaque 20 mai) commémorée en différé au Burkina Faso.

C’est autour du thème général « Modernisation du secteur apicole : Défis et enjeux pour une économie résiliente au Burkina Faso » que se tient la première édition du Salon national du miel (SANAM, qui veut, par ailleurs, dire « or » en langue mooré).

Permettre au Burkina Faso d’être parmi les plus grands pays producteurs de miel sur le continent africain que sont l’Éthiopie, la Tanzanie, le Kenya et la République Centrafricaine. C’est un vœu du ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré qui note une « nette amélioration » de l’activité apicole au « Pays des Hommes intègres ».

Les acteurs de la filière miel et dérivés étaient présents.

« Au Burkina Faso, l’apiculture est une filière en plein essor à laquelle le gouvernement accorde toute l’attention qu’il faut. Sur la période 2011-2015, la production annuelle moyenne du miel était estimée à 500 tonnes avec 1,5 milliards de FCFA de revenu annuel moyen. Ces chiffres sont passés à 1.000 tonnes en 2018 pour un revenu de plus de 2,6 milliards de FCFA, généré et distribué à près de 16.300 acteurs intervenant individuellement ou en association dans la filière », a indiqué Harouna Kaboré.

« Le SANAM vise à créer un cadre d’échanges et de rencontres d’affaires »

Au-delà de ces produits, a renchéri son collègue en charge des ressources animales, Sommanogo Koutou, les abeilles jouent un rôle important dans la pollinisation des plantes à environ 70% et contribuent ainsi à la préservation de la biodiversité et à la sécurité alimentaire.

A travers cette 1re édition du SANAM, il s’agit, à entendre le représentant de l’Interprofessionnel miel, Désiré Yaméogo, d’une « nouvelle page » qui s’ouvre pour l’apiculture au Burkina Faso. Sékou Oumar Doudou Doumbia, Vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a arboré dans le même sens. Pour lui, le Salon national du miel se veut un cadre de promotion du miel national et dérivés.

Des abeilles invitées à la cérémonie.

« Le SANAM vise à créer un cadre d’échanges et de rencontres d’affaires pour les professionnels de la filière. Pour cette 1re édition, il est prévu entre autres une conférence inaugurale sur le thème central ; un master class sur la mise en pratique de meilleurs méthodes et outils apicoles ; des rencontres B2B ; une exposition-vente », a énuméré le représentant du président de la CCI-BF.

Clin d’œil aux pionniers et acteurs œuvrant dans la promotion de la filière miel et dérivés

Il a réaffirmé, au nom de sa hiérarchie, l’engagement de la Chambre de commerce à travailler en synergie avec les autres acteurs partenaires pour l’atteinte des objectifs fixés. La cérémonie d’ouverture de la 1re édition du Salon national du miel (SANAM) a été marquée par des remises de distinctions aux pionniers et acteurs œuvrant dans la promotion de la filière miel et dérivés.

Des acteurs récompensés.

Il faut noter que cette 1re édition du SANAM s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest – volet Burkina Faso (PACAO-BF).  Financé par l’Union européenne à hauteur de 4.150.000.000 de FCFA, le PACAO-BF est mis en œuvre par la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) qui apporte une contrepartie de 105.000.000 de FCFA.

Conçu selon une approche chaînes de valeur, le projet cible trois filières qui bénéficieront de son appui. Il s’agit des huileries et dérivés du coton, du miel et dérivés et des services du solaire.

L’objectif global du programme est de contribuer à la transformation structurelle de l’économie par la production de biens et services compétitifs à plus haute valeur ajoutée pour assurer la croissance, la création d’emplois qualifiés et durables ainsi que l’augmentation des exportations et des revenus en lien avec l’axe 3 du PNDES.

Exposition-vente au SIAO


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *