Déperdition scolaire : Oxfam apporte sa contribution dans le Ganzourgou

Dans un contexte de flopée de sites d’or, Oxfam en concertation avec les responsables de l’éducation de la province du Ganzourgou a décidé de contribuer à la promotion de l’éducation. Un projet a été lancé à cet effet. Dénommé « les enfants sont l’or du Burkina Faso », le projet vise à offrir une éducation adaptée aux conditions de 5000 enfants de 25 écoles de la province du Ganzourgou. Il a été lancé ce jeudi 17 décembre 2020 à Zorgho.

 

Dans la province du Ganzourgou, au regard de la prolifération des sites d’orpaillage avec leurs effets sur la scolarisation des enfants, l’ONG Oxfam a procédé au lancement d’un projet pour lutter contre la déperdition scolaire.

La province du Ganzourgou regorge de deux sites industriels d’extraction d’or et plusieurs sites miniers artisanaux. Ce qui favorise l’abandon des élèves au profit de ces sites d’orpaillage.

Le directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle, Mahamoudou Bikienga, a déploré la déperdition scolaire au niveau de la province.

…à la fin de l’année nous avons dénombré autour de 560 élèves du CM2 qui ont abandonné…

« L’année scolaire 2019-2020, au moins un millier d’élèves et plus de 55% des garçons ont abandonné l’école au profit des sites miniers. Le phénomène est tellement récurrent qu’aujourd’hui, beaucoup d’élèves des classes de CM1, CM2 et du collège abandonnent et vont même jusqu’à l’extérieur du pays, en l’occurrence le Mali, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la Guinée. Pour la session des examens du CEP en 2020, à la fin de l’année, nous avons dénombré autour de 560 élèves du CM2 qui ont abandonné. Quand nous sommes allés à la raison, le motif était que beaucoup d’élèves avaient déjà franchi la frontière et étaient partis à la recherche de l’or. Ce phénomène impacte négativement notre système éducatif du point de vue quantitatif et qualitatif », a-t-il indiqué.

Oxfam lutte contre la déperdition scolaire au Ganzourgou
Oxfam lutte contre la déperdition scolaire au Ganzourgou

C’est ainsi que Oxfam, en concertation avec les responsables de l’éducation de la province du Ganzourgou, a décidé de contribuer à la promotion de l’éducation dans ce contexte de flopée de sites d’or en initiant le projet « les enfants sont l’or du Burkina Faso ». Il s’agit de contribuer à améliorer des indicateurs dans le secteur de l’éducation dans la province.

Lancement du projet « les enfants sont l'or du Burkina Faso »
Lancement du projet « les enfants sont l’or du Burkina Faso »

D’un coût global de 341 millions de FCFA, le projet sera exécuté en concertation avec les acteurs du monde éducatif, les parents d’élèves et le syndicat des orpailleurs. A noter que le projet prend fin le 31 décembre 2021. L’objectif  est d’offrir une éducation adaptée aux conditions de 5000 enfants de 25 écoles de la province du Ganzourgou.

L’objectif est d’amener les enfants âgés de 7 à 12 ans, qui ont quitté l’école pour travailler dans les mines d’or, à retourner à l’école…

En outre, le directeur Pays d’Oxfam par intérim au Burkina Faso, Sosthène Konaté, a expliqué qu’il s’agit de sensibiliser les acteurs pour le retour de ces élèves au système éducatif.

 « L’objectif est d’amener les enfants âgés de 7 à 12 ans qui ont quitté l’école pour travailler dans les mines d’or à retourner à l’école pour terminer au moins 6 années d’école primaire. C’est une concertation entre les acteurs du système éducatif. Nous allons échanger avec les parents d’élèves et le syndicat des orpailleurs pour voir dans quelle mesure nous pouvons sensibiliser pour qu’ils y aient un retour motivé de ces enfants dans le dispositif scolaire.  

Bien sûr, il y aura un accompagnement des enseignants pour améliorer la qualité des prestations des enseignements. Egalement, on va chercher la cause  de ces départs d’enfants vers les sites miniers et de contribuer à résoudre les causes. L’une des causes peut être l’accès à l’alimentation. Nous allons les doter en vivres afin de permettre aux enfants d’aller à l’école. Nous allons construire tout un potentiel autour de ces parents à travers d’autres filières, notamment la production. C’est tout un paquet que nous allons construire pour que les ménages aient un revenu qui leur permettent d’envoyer les enfants à l’école et non dans les trous d’or », a-t-il précisé.

Lire également 👉Education : Les bénéficiaires de la province de la Gnagna souhaitent une extension du  PIGEC

De plus, le Haut-commissaire de Ganzourgou, Ambroise Ouédraogo, a salué l’initiative de Oxfam de lutter contre la présence des enfants sur les sites d’orpaillage dans les communes de Méguet, Zoungou, Mogtédo et Boudry.

En rappel, le projet « les enfants sont l’or du Burkina Faso » était mis en œuvre dans la province du Yagha depuis 2018 pour que les enfants des sites miniers retournent à l’école. Mais, les attaques terroristes dans la localité ont occasionné la fermeture des salles de classes. C’est ainsi que le projet s’est déporté dans la province du Ganzourgou pour poursuivre les mêmes objectifs.

Jules César KABORE

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page