Education au Burkina Faso : Réflexion pour une année scolaire apaisée et sécurisée

607 0

Le ministère de l’éducation nationale tient ce jeudi 17 décembre 2020 à Ouagadougou un conseil de cabinet extraordinaire élargi sur le bilan de la mise en œuvre de la feuille de route pour une rentrée scolaire 2020-2021 apaisée et sécurisée. Il s’agira pour les participants à ce conseil d’examiner des dossiers stratégiques, se pencher sur l’opération de collecte de fonds en soutien à la lutte contre le terrorisme , entre autres.

Le secteur de l’éducation a été au cours de l’année scolaire écoulée éprouvée  par la crise sécuritaire et sanitaire et par les mouvements d’humeur des partenaires sociaux. Le monde éducatif a en effet enregistré de nombreuses pertes en vies humaines dont des enseignants et des élèves, des menaces envers les acteurs, la destruction d’infrastructures et d’équipements éducatifs et le pillage des vivres de la cantine scolaire.

A la date du 5 décembre 2020, selon le point de la situation dressé par le ministre de l’éducation, Stanislas Ouaro, on enregistre la fermeture de 2 169 établissements scolaires, soit 11% des établissements préscolaires, primaires, post-primaires et secondaires du Burkina Faso, interrompant ainsi la scolarité de 306 946 élèves et occasionnant une rupture de travail pour 12 075 enseignants dont la majorité a été redéployée à ce jour.

Comparativement à la situation du 9 octobre 2020 qui enregistrait 2 356 établissements fermés, on note une baisse du nombre d’établissements fermés de 187. Le nombre de personnes déplacées internes, estimé  à 1 049 767 en novembre 2020, compte de  nombreux élèves dont la scolarité a été interrompue.

Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation

« Si rien n’est fait, ces enfants auxquels il faut ajouter ceux déscolarisés et non scolarisés risquent de demeurer définitivement hors de l’école », dit le ministre de l’éducation nationale.

Pour assurer le succès de la rentrée scolaire 2020-2021 en cours, le MENAPLN a élaboré un plan de rentrée tenant compte du contexte des crises sécuritaire, sanitaire et sociale comme feuille de route avec les orientations pour une rentrée scolaire 2020-2021 apaisée et sécurisée. Elle est centrée sur 54 activités primordiales parmi lesquelles figure le rattrapage des activités pédagogiques non exécutées dans les classes intermédiaires durant l’année scolaire 2019-2020 du fait de la fermeture des établissements scolaires.

Les préoccupations majeures qui y figurent sont essentiellement des dispositions à prendre pour la gestion de l’éducation en situation d’urgence, notamment pour la réouverture des établissements fermés et l’offre d’éducation aux enfants déplacés internes.

Et pour cette année, «ce sont 110 000 enfants déplacés internes  qui ont été inscrits », laisse entendre le ministre.

Il sera aussi question à ce conseil extraordinaire de la situation des effectifs et des besoins en personnel enseignant du post primaire et  secondaire par région et par province. Et le ministre pense déjà à un recrutement massif, à un redéploiement et à une  réorganisation des ressources humaines parce que, dit-il,  «il y a toujours des poches de résistance des collègues qui ne font rien de bon alors qu’on a besoin d’eux dans d’autres localités ».

Par ailleurs, le Programme de Développement Stratégique de l’Education de Base (PDSEB) 2012-2021 est en cours d’achèvement. Le MENAPLN a donc entrepris d’élaborer un nouveau référentiel de l’éducation de base et de l’enseignement secondaire car, « le PDSEB, explique le ministre, a permis d’améliorer la qualité du système d’éducation donc on aimerait poursuivre avec ».

Référentiel

Son examen est aussi inscrit à l’ordre du jour pour que l’ensemble des acteurs du ministère s’en imprègnent et au besoin apportent leur contribution pour l’amélioration de la qualité du document qui va servir de boussole pour le système éducatif durant les cinq (5) prochaines années.

Ce nouveau référentiel dispose d’un important programme de construction d’infrastructures éducatives pour faire face aux défis de l’accroissement du nombre des structures d’accueil. Il sera accompagné par  un programme d’implication des communautés de base pour le suivi de la réalisation des infrastructures éducatives du fait de leur qualité et leur délai de livraison toujours décriés.

Le MENAPLN souhaite reconduire l’opération de collecte de fonds, dont la première expérience a permis de mettre à disposition des FDS, 204 motos.

Quant à la recrudescence du Covid, le MENAPLN compte poursuivre la sensibilisation, la communication. « Nous avons un protocole de prise en charge qui est là, les documents de sensibilisation qui sont déroulés. On a eu depuis le début de la rentrée 4 à 5 cas dans des établissements mais que nous avons géré sans problème. C’est donc poursuivre dans la dynamique de la lutte contre la maladie », conclut-il. 

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *