Burkina : Fin de formation de deux semaines pour  45 femmes retirées de la rue

635 0

La ministre en charge de la femme a présidé ce samedi 19 décembre 2020, la cérémonie de clôture de la formation des femmes retirées de la rue. Cette formation a duré deux semaines et a concerné 45 femmes.

Dans le but de poursuivre l’engagement du président du Faso qui est de  retirer 50% des femmes et des enfants en situation de rue, 86 femmes ont été retirées en 2020 de la rue. Parmi ces femmes, 45 ont suivi une formation à Ouagadougou.

Débutée le 7 décembre  2020, cette formation  s’est étalée sur deux semaines. Selon la ministre en charge de la femme, Laurence Marshall/Ilboudo, le bilan de cette opération est satisfaisant. « Nous avons une bonne satisfaction parce que nous avons un total de 206 femmes à Ouaga et Bobo retirées, formées. Et sur cela, nous avons 69,80% de réussite c’est-à-dire des femmes qui ont totalement quitté la rue et qui ont des activités génératrices de revenus. 11% partent un peu de temps en temps encore parce que ce n’est pas encore stable et  le reste du pourcentage sont des femmes qui sont encore dans la rue », s’est-elle réjouie.

“Si tout le monde mendiait personne n’allait avoir l’argent pour leur donner”

Elle a également affirmé être satisfaite du fait que les femmes ont compris que la mendicité reste et a toujours été un phénomène handicapant pour les personnes qui s’adonnent à cette pratique.

« Je leur ai dit que  si tout le monde mendiait,  personne n’allait avoir l’argent pour leur donner. Elles viennent avec des enfants. Non seulement, c’est dangereux pour elles, mais il y a des prédateurs dans la rue.

Ces enfants habitués à la rue vont rester dans la rue, ça fait un effet boule de neige et ça handicape toute la société,  d’où la nécessité pour elles de prendre conscience qu’elles seules peuvent gérer leur vie », a  déclaré Laurence Marshall/Ilboudo.

La formation a été assurée par l’association Centre Ecologique Albert Schweitzer du Burkina Faso (CEAS Burkina). Son directeur Henri Ilboudo a recommandé la mise en place d’un dispositif pour le suivi de ces femmes ayant bénéficié de la formation.

Quelques femmes ayant bénéficié de la formation.

Tené Ouattara, est l’une des femmes retirées de la rue. Déléguées des femmes ayant bénéficié de la formation, elle a précisé les modules de leur formation.

 « Nous avons suivi trois types de formations. La première a été celle de la vie des associations, c’est-à-dire s’unir et travailler pour devenir indépendantes. L’autre a été l’élevage et la dernière, c’est la gestion des entreprises, c’est-à-dire travailler fort pour devenir entrepreneurs », a-t-elle expliqué en annonçant l’engagement de femmes formées.

« Après cette formation, nous quittons la rue complètement parce que la rue n’est pas une bonne chose. Ça fait que nos enfant peuvent aller demain dans la rue et devenir pires que nous », a lancé Téné Ouattara.

L’opération de retrait des femmes et des enfants de la rue a débuté en Août 2018. 206 femmes retirées de la rue ont été formées et équipées. La formation des 41 autres femmes identifiées est prévue pour janvier 2021.  La ministre de la femme, Laurence Marshall/Ilboudo a assuré que les femmes qui sont reparties dans la rue ne seront pas abandonnées. Son département continuera la sensibilisation et à leur  récupération.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *