Burkina Faso : Le programme d’activités  du système éducatif de l’année 2021 adopté

 Le Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) a tenu ce mercredi 23 décembre 2020, son 2e  Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM), à Loumbila. Dernier de l’année, ce CASEM avait pour objectif, l’adoption du plan d’action et du programme d’activités de 2021.

L’adoption du plan d’action et du programme d’activités de 2021 est la double activité qui a réuni les acteurs du Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN)  autour d’un  Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM).

Quelques agents du MENAPLN et acteurs du système éducatif au dernier CASEM de l’année

Selon le Pr Stanislas Ouaro, chef du département du MENAPLN, le ministère en charge de l’éducation travaille avec beaucoup de partenaires techniques et financiers. Dans cette démarche, son département travaille  à élaborer un plan d’action qui, validé, conditionne des décaissements à leur niveau. Ainsi, c’est   un budget de 534 milliards de F CFA qui a été adopté dans le cadre du plan d’action,  à l’issue de ce CASEM.

« Aujourd’hui,  le CASEM avait pour objectif de valider le plan d’action que nous avons élaboré de façon consensuelle  et de façon participative avec les partenaires sociaux, techniques et financiers ainsi que les techniciens du ministère et le programme d’activité. Le plan d’action du ministère tourne autour de 534 milliards de F CFA.

Il y a 500 milliards de F CFA pour le budget général de l’Etat, un peu plus de 10 milliards de FCFA pour le compte d’affectation spéciale du trésor en lien avec le programme de développement stratégique de l’éducation de base et un autre programme (sur les) cantines scolaires tourne autour de 190 millions de FCFA et les projets et programmes dont le projet d’aménagement de  l’accès à l’éducation, le projet de renforcement de l’enseignement franco-arabe … qui font autour de 23 milliards de F CFA », a-t-il détaillé. 

« 5 à 6 cas (de COVID-19) qui ont été déclarés dans des établissements à travers le pays »

Le système éducatif burkinabè tourne autour de de 5 millions d’élèves dans le système éducatif burkinabè,  selon Pr Stanislas Ouaro. C’est pourquoi, pour la rentrée, il a été élaboré un certain nombre de documents en lien avec la gestion du covid-19 dans les établissements. Il s’agit de la mise en place des comités covid au niveau déconcentré et l’élaboration d’un protocole de prise en charge qui va du primaire jusqu’au lycée.

Il  a par ailleurs fait cas de quelques élèves qui ont contracté la maladie à coronavirus.  « Comme cas déclaréx, 5 à 6 cas qui ont été déclarés dans des établissements à travers le pays et que nous avons gérés avec l’accompagnement de ces comités et du ministère de la santé sans que cela ne perturbe le développement de notre système éducatif. Nous avons pris des dispositions pour qu’à la rentrée,  nous puissions poursuivre la sensibilisation. Aussi que le premier cours de la reprise du 2e trimestre soit le cours sur le covid qui a été élaboré. C’est un module  validé par le ministère de la santé.  Nous ne sommes pas dans une dynamique de fermeture des établissements. Ce n’est pas pour le moment envisagé », a rassuré le Pr Ouaro.

« Ce que je  vais retenir en plus, c’est que nous avons travaillé à améliorer les indicateurs »

En fin de mission à la tête du MENAPLN, Pr Stanislas Ouaro a remercié le  président du Faso pour sa nomination à la tête du ministère et exprimé sa satisfaction envers le  travail de son département.

« J’ai croisé des hommes et des femmes engagés et déterminés pour la cause de l’éducation… et cette volonté à aller de l’avant. Ce que je  vais retenir en plus, c’est que nous avons travaillé à améliorer les indicateurs, à innover le système éducatif à travers un certain nombre d’actions que je souhaite voir se poursuivre », s’est-il-exprimé.

Ces actions sont, entre autres,  la question du développement des lycées scientifiques, le  développement de l’enseignement et  de la formation technique et professionnelle, l’éducation non formelle en lien avec la formation.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page