Mali : La justice ouvre une enquête pour « atteinte à la sûreté de l’Etat »

Le Procureur de Bamako a annoncé ce lundi 28 décembre 2020 l’ouverture d’une enquête pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » visant plusieurs personnalités récemment interpellées et soupçonnées d’activités subversives en vue de la déstabilisation les institutions de la transition malienne censée ramener les civils au pouvoir en 18 mois.

Quatre mois après le putsch qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, les autorités judiciaires maliennes viennent de se saisir d’un dossier portant sur un projet de déstabilisation des institutions de la transition conduite par le Président Bah Daw.

Selon le communiqué du procureur de Bamako, « suite à une dénonciation des services de sécurité faisant état de fait d’atteinte à la sûreté de l’Etat, une enquête préliminaire a été ouverte au niveau du Service d’investigations judiciaires (SIJ) de la gendarmerie nationale », a-t-il fait savoir avant d’ajouter que « les personnes mises en cause (…) ont été mises à la disposition de cette unité pour les besoins d’enquêtes » qui « se poursuivent actuellement ».

Ces interpellations opérées conduites par la Direction générale des services de l’Etat (DGSE) ont visé une demi-douzaine de personnalités dont l’activiste et animateur radio vedette Mohamed Youssouf Bathily, dit « Ras Bath », très adulé par les jeunes, le secrétaire-général de la présidence, Sékou Traoré ou encore Aguibou Tall, demi-frère de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé. Ce dernier avait formellement rejeté le 23 décembre 2020 toute implication dans un quelconque projet de déstabilisation des institutions de la transition.  La veille de la Noël, des hommes en armés non identifiés avaient mené une perquisition à son domicile de Bamako alors qu’il était absent, ont rapporté ses avocats.

Après avoir reçu la visite d’une délégation de l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) les 24 et 27 décembre 2020 à leur lieu de détention, ces personnalités interpellées devraient être présentées au procureur en vue de leur jugement.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page