Covid-19 au Burkina : La CNDH pour le respect des droits de l’homme dans les mesures de riposte

312 0

« Comment œuvrer pour la préservation du droit à la santé dans un contexte de crise sanitaire ?», c’est sous ce thème que la CNDH commémore en différé la journée internationale de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) à Ouahigouya, dans la région du Nord ce 30 décembre 2020.

Célébré le 10 décembre, le 72ème anniversaire de la déclaration Universelle des droits humains (DUDH) était placé sous le thème « Reconstruire en mieux, défendons les droits de l’Homme ».

Tenant compte de ce thème international d’une part et du contexte sécuritaire et sanitaire du pays d’autre part, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) veut sensibiliser sur la nécessité d’inscrire les droits humains au centre de toutes les initiatives de riposte contre le Covid-19. D’où le thème « Comment œuvrer pour la préservation du droit à la santé dans un contexte de crise sanitaire ?» pour commémorer en différé cette journée.

Pour aborder ce thème, il a été question pour le communicateur, Sidwaya Sosthène Ouédraogo, de porter la réflexion sur les enjeux du respect des droits humains dans un contexte de la pandémie du COVID-19 plus précisément dans les camps des déplacés internes.

Il a de ce fait axé sa communication sur trois points en rappelant les mesures prises pour lutter contre le covid-19 par le gouvernement burkinabè et l’impact de ces mesures sur les droits humains en général et les personnes déplacées internes en particulier, avant de faire des recommandations.

Selon le communicateur, ces mesures ont connu d’une manière générale, une faible réceptivité chez des usagers, faute d’une communication suffisante. Il a relevé des insuffisances dans la coordination et dans le management chez la structure de gestion de la maladie.

Les mesures restrictives des libertés d’une manière générale, ont eu un impact sur l’économie, sur le culturel et sur le social. Les personnes déplacées déjà vulnérables vont ressentir plus l’impact des mesures restrictives.

Comme défis, le communicateur préconise de prendre des mesures qui tiennent compte des situations, des circonstances et des contextes.

Sidwaya Sosthène Ouédraogo, juriste, communicateur du jour

« Comment prendre en compte de manière spécifique le droit des personnes déplacées internes. C’est simple. Cela passe par la satisfaction de leur besoin humanitaire », dit-il.

Pour lui, l’Etat doit prendre des mesures particulières pour inclure les personnes déplacées dans les activités de riposte mais aussi de sensibilisation. Des mesures spécifiques doivent être prises pour l’égalité d’accès à l’information, une égalité d’accès aux tests, permettre un accès facile aux services de santé en termes de coût et géographiquement et un accès plus facile à la distribution des produits alimentaires et autres besoins.

Il est aussi vital que les mesures de confinement et les quarantaines n’empêchent pas les personnes qui cherchent à fuir le terrorisme de trouver du refuge ailleurs.

 De façon générale, conclut-il, le respect des droits de l’homme dans tous les domaines, est indispensable pour garantir l’efficacité des mesures de santé publique qui ont été prises pour lutter contre le coronavirus.

Kalifa Rodrigue Namoano, président de la CNDH

Deux communications précédentes sur l’histoire et impact de la DUDH et la structure organisatrice,  la CNDH, ses missions et ses défis ont animé le panel commémoratif modéré par Justin Somé, le gouverneur de la région du Nord.

Le Président de la CNDH , Kalifa Rodrigue Namoano, s’est réjoui au terme des échanges, de l’intérêt porté à l’activité et l’engouement des autorités régionales et les organisations de la société civile.

Il a par ailleurs souhaité que ces échanges et partages soient une opportunité d’où partira une nouvelle dynamique en faveur de l’implication de tous sans distinction et sans exclusion dans l’effectivité des droits humains au Burkina Faso.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *