Ouagadougou : Un 31 décembre en compagnie de la brigade de gendarmerie de Boulmiougou

556 0

La gendarmerie de Ouagadougou a effectué des patrouilles  dans la nuit du 31 décembre 2020 à l’occasion des fêtes de fin d’année. Cette initiative a été bien accueillie par des citoyens sortis célébrer le réveillon.

31 décembre 2020. Pendant que les citoyens font la fête, des Burkinabè veillent sur eux. C’est le cas de la gendarmerie nationale. A Ouagadougou, un détachement de la brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou, avec  son commandant  l’adjudant-chef major Marcel Zoungrana, a patrouillé dans les quartiers Pissy et Nonsin.

Première escale, la buvette « Maquis Resto chez Alima », se situant au côté Nord du mur du siège de l’ONEA, aux environs de 21h.  Là, deux clients sont venus acheter  de la bière. Le capitaine de la patrouille les rassure. « Ce n’est pas pour dissuader, c’est pour rassurer », dit-il.

La patrouille est tombée sur un accident de la circulation

Après cette buvette, la patrouille s’est mobilisée sur la route nationale N°1 en remontant vers le quartier Zagtouli.

C’est ainsi qu’ils ont croisé un accident de la route entre deux motocyclistes en face de la mairie de l’arrondissement 8. Bilan, deux blessés. Les gendarmes ont stationné pour s’enquérir de l’état de santé des accidentés et ont attendu l’arrivée des sapeurs-pompiers de redémarrer.

Les populations rassurées

Plus loin, sur cette même route, il y avait deux camions, ainsi que de l’huile végétale en bidons de 20 litres au milieu de la voie, en face de la station OTAM de Boulmiougou. Les transporteurs ont expliqué qu’un pneu avant de l’un des camions avait  éclaté.

La patrouille continue sa route. Elle s’arrête à une cafétéria qui sert de Q.G à des sourds-muets dans le quartier Nonsin où les gendarmes ont également échangé avec des clients.

Selon Bologo Adama, riverain du quartier Nonsin, à l’arrivée de la gendarmerie, « les gens s’inquiètent ».  Mais par la suite, ils sont rassurés de savoir qu’elle veille sur eux.

Le pneu du camion est crevé

Après avoir quitté la cafétéria, direction le marché « 10 yaar» pour rencontrer une « patrouille de dissuasion ». L’adjudant Kiéma Christian, chef de  cette patrouille, a expliqué que leur mission principale est « la dissuasion et l’intervention s’il y a lieu ».  Nous étions aux environs de 22h et il a fait savoir qu’aucun incident n’avait encore été enregistré.

Répartition des zones entre la gendarmerie et la police

« Lorsqu’il s’agit des fêtes de fin d’année ou des crises, les forces de sécurité répartissent les zones à savoir  la RN1 qui quitte la route de Fada jusqu’à la sortie vers Zagtouli, le côté droit appartient à la gendarmerie et le côté gauche, à la police nationale. Et dans chaque entité, nous avons la même mission. A l’intérieur de chaque entité, il y a encore des subdivisions, les sous unités qui sont les brigades villes de gendarmerie ont ce qu’on appelle des circonscriptions qui sont la zone de compétence. Nous sommes chargés de faire le maximum de patrouilles, toucher la population dans toutes les artères de la circonscription », a expliqué le commandant de la brigade ville de Boulmiougou.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *