Présidentielle en Centrafrique : Une dizaine de candidats exige l’annulation du scrutin

224 0

Les résultats globaux provisoires de la présidentielle du 27 Décembre 2020 se sont soldés par la victoire du Président sortant Faustin-Archange Touadéra dès le premier tour avec plus de 53% des suffrages exprimés. Ces résultats annoncés ce lundi 04 Janvier 2021 par l’autorité Nationale des Elections (ANE) ne portent que sur la moitié de l’électorat en raison  de l’offensive rebelle empêchant la tenue de l’élection dans l’autre moitié du pays. Cet argument et bien d’autres semblent prévaloir selon dix (10) des seize (16) candidats en lice pour exiger l’annulation de la présidentielle dans ce pays.

Dans un communiqué unique, les dix (10) candidats contestataires ont fustigé le scrutin présidentiel du 27 Décembre 2020 pour qui il constitue « un grave recul pour la démocratie » et qui ne « saurait conférer de légitimité » à Faustin-Archange Touadéra déclaré vainqueur avec plus de 53% des voix selon l’ANE. Par conséquent, ils demandent son annulation.

Sur la liste des griefs portés contre le vote de fin Décembre 2020 dans ce pays, ils dénoncent de « nombreuses irrégularités » tout au long du scrutin avec une « proportion importante de votes par dérogation », le démarrage tardif des opérations électorales, ou « l’achat de votes ».

Ces candidats ont mis en exergue le faible taux de participation avec un nombre de votants avoisinant les 700 000 sur un corps électoral d’1,8 million et dénoncé le fait qu’une part importante de l’électorat n’ait pu voter. En plus, selon eux, le plan de sécurisation des élections is en place par le gouvernement et la Minusca a été marqué par un échec.

Le lundi 04 Janvier 2021 déjà, neuf (9) de ces dix (10) candidats, en l’occurrence Anicet Georges Dologuélé, arrivé deuxième au premier tour, Abou Karim Meckassoua et Mahamat Kamoun, avaient pointé du doigt le manque « de transparence » et d’« équité du scrutin ». L’ancienne présidente de la transition Catherine Samba-Panza est également montée au créneau contre ces « irrégularités » observées lors du vote.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *