Nouveau gouvernement au Burkina Faso : Les 7 changements

208 0

Le Premier ministre et le Président du Faso ont dévoilé aux Burkinabè ce 10 janvier 2021, l’équipe gouvernementale chargée de démarrer ce second mandat de Roch Marc Christian Kaboré. Voici ce qui a changé.

Voir aussi 👉  La liste des membres du gouvernement

1- Zéphirin Diabré entre au gouvernement

L’entrée de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) au gouvernement était devenue un secret de polichinelle. C’est désormais officiel. Et c’est par son président lui-même que le parti chargé du chef de file de l’opposition rejoint le pouvoir. Zéphirin Diabré dirige une sorte de « super ministère », rattaché directement au Président du Faso, et chargé de la réconciliation nationale.

Cette nomination signifie peut-être que Diabré et Kaboré ont d’abord réussi à « réconcilier » leurs points de vue sur la question de la réconciliation. Les mois à venir renseigneront sans doute un peu plus sur cet attelage et sur comment cette question qui est sur toutes les lèvres sera tranchée.

2- Un ministre de plus

Christophe Dabiré et Roch Kaboré ont essayé de garder le même de nombre de ministres que celui du dernier gouvernement : 32 ministres. Mais l’entrée de Zéphirin Diabré comme ministre chargé de la réconciliation nationale a allongé la présente liste à 33 noms, dont 26 ministres (dont 3 ministres d’Etat) et 7 ministres délégués.

3- Les ministres qui sont partis

12 ministres ont quitté le navire. Il s’agit de Réné Bagoro (Justice), Paul Robert Tiendrebeogo (intégration africaine), Claudine Lougué (Santé), Oumarou Idani (mines), Remis Dandjinou (communication), Dieudonné Bonanet (habitat), Soumanogo Koutou (ressources animales), Nestor Bassière (environnement), Maminata Ouattara (droits humains), Abdoul Karim Sango (culture), Daouda Azoupiou (sport), Ambroise Niouga Ouédraogo (eau et assainissement).

4- Trois fusions

Trois ministères ont été fusionnés à d’autres. Il s’agit du ministère chargé des mines et carrières qui a rejoint l’énergie avec Bachir Ismaël Ouédraogo aux commandes, du ministère de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur qui a été rattaché au ministère des Affaires étrangères, dirigé par Alpha Barry, et des ministères de la justice et des droits humains qui ne font désormais qu’un, avec Victoria Kibora aux manettes. 

5 – Deux femmes s’en vont, quatre autres arrivent

Quatre femmes ont rejoint l’équipe gouvernementale. Louise Ane Go déléguée à l’artisanat, Foniyama Elise Ilboudo/Thiombiano à la culture, Victoria Ouédraogo Kibora garde des sceaux et Maminata Traoré, déléguée à l’innovation, retrouvent Hélène Ilboudo, Hadja Fatimata Sanon, Madiara Sagnon, Clémence Yaka et Pauline Zouré au conseil des ministres qui comptera ainsi 9 femmes.  Claudine Lougué et Maminata Ouattara sont celles qui ne feront plus partie du navire.

6 – Clément Sawadogo, « vétéran »,  et chaise musicale pour Siméon Sawadogo

Pengdwendé Clément Sawadogo retrouve le ministère qu’il a dirigé en 2006 : l’administration territoriale. C’est certain, il ne sera pas dépaysé, après être passé au ministère de la fonction publique (2016)  et à celui de la sécurité (2018). Il pourrait servir de guide aux nouveaux  arrivants comme Charlemagne Ouédraogo (santé) ou  Me Bénéwendé Sankara (habitat) ! Siméon Sawadogo  reste au gouvernement, mais il migre de l’administration territoriale pour les changements climatiques.

7 – Les nouveaux venus

Me Bénéwendé Sankara,  Charlemagne Ouédraogo, Victoria Kibora, Modeste Yerbanga, Aimé Zongo, Louise Ane Go, Dominique Marie André Nana, Foniyama Elise Ilboudo/Thiombiano, Ousmane Nacro, Maminata Traoré, Ousséni Tamboura et Maxime Koné sont les nouveaux élèves à la rentrée des classes ministérielles du 11 janvier 2021.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *