Burkina Faso : Le Premier ministre détaille les chantiers de son gouvernement

467 0

Le Premier ministre Christophe Dabiré a expliqué le 11 janvier 2021 les grands chantiers de son gouvernement en ce début de second mandat du Président Roch Marc Christian Kaboré.

« Il s’agit d’un nouveau gouvernement pour conduire les actions du président du Faso pour ce deuxième mandat. Lorsque le président du Faso m’a fait confiance et m’a demandé de constituer un nouveau gouvernement, il m’a donné trois indications.

1- Continuité

La première indication, c’est d’inscrire la composition du gouvernement dans la dynamique de la continuité qui a été celle qui a prévalu à son élection. Cette continuité doit être bâtie sur la stabilité (…).

2-Réformes

La deuxième orientation qu’il a donnée, c’est qu’il fallait faire en sorte que le gouvernement puisse inscrire dans ses perspectives la mise en place des différentes grandes réformes pour lesquelles il a pris des engagements avec les populations (…).

3- Dialogue

La troisième indication qu’il a donnée, c’est la nécessité de poursuivre et de renforcer les actions qui ont été entreprises au cours du premier mandat de manière à ce qu’il y ait une consolidation des acquis. C’est en fonction de cela que nous avons choisi les hommes et les femmes qui sont chargés de nous accompagner dans la mise en œuvre de son programme. Vous constaterez que nous avons fait une ouverture politique de manière à pouvoir assurer le renforcement de ce qu’il a appelé le dialogue.

Que ce dialogue politique ne soit pas en dehors du gouvernement. Qu’il puisse commencer à l’intérieur du gouvernement et se poursuivre avec les autres forces politiques qui ne sont pas associées au gouvernement. Et c’est ainsi que le ministre d’Etat auprès du président du Faso chargé de la réconciliation nationale a été appelé (…).

4- Les chantiers

Nous avons également tenu à faire en sorte que d’autres forces politiques puissent s’associer à nous pour la mise en œuvre d’un certain nombre de grands chantiers, notamment au niveau de la ville.

On a élargi les compétences du ministère chargé de l’urbanisme et de l’habitat à la question de la ville parce que la réforme foncière qui doit nécessairement contribuer à faire en sorte que notre politique en la matière puisse être solide et répondre aux préoccupations de l’ensemble de la population devrait être conduit par des Hommes qui avaient la maitrise juridique de ces différentes questions.

C’est pourquoi nous avons appelé le président de l’UNIR/PS. Nous avons également décidé d’élargir les compétences de certains ministères. Au niveau de la politique agricole, nous avons estimé qu’elle devait aller au-delà des aménagements hydroagricoles et prendre en charge la question de la mécanisation.

C’est pourquoi nous avons un département qui s’appelle le département de l’agriculture, des aménagements hydroagricoles et de la mécanisation (…).

Nous avons estimé aussi qu’il était bon de regrouper le ministère de l’énergie, des mines et des carrières au sein d’un seul département pour lui donner un peu plus de consistance (…).

Nous avons également estimé qu’il était bon d’accorder une certaine importance au développement de l’artisanat. Le ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat s’en est occupé pendant un certain temps mais le secteur de l’artisanat connait un certain nombre de difficultés (…).

Nous voulons instaurer une relation dynamique avec la presse »

Propos recueillis par Basile SAMA

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *