l'Union pour le progrès et le changement (UPC

Zéphirin Diabré : « L’UPC a décidé de manière souveraine de répondre à la demande du Président Kaboré »

120 0

A l’orée de la nouvelle année, les militants de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) se sont retrouvés ce mardi 12 janvier 2021 à Ouagadougou. Ils ont saisi l’occasion pour se présenter les vœux. Cette rencontre a également été l’occasion pour le « Lion en chef », Zéphirin Diabré, de se prononcer avec la casquette de ministre d’État auprès de la Présidence du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

L’UPC ne siégera plus au sein de l’opposition politique. Cette annonce a été faite ce 12 janvier 2021 par le président du parti, Zéphirin Diabré, nouveau ministre d’État en charge de la réconciliation nationale. Il a tenu à préciser que même si les résultats électoraux du parti n’ont pas été à la hauteur de leur attente en 2020, ils restent « appréciables » par rapport à d’autres formations politiques.

« Par leur vote, à l’occasion de ces élections législatives, les Burkinabè ont exprimé clairement leur volonté de ne plus voir notre parti, l’UPC, diriger le chef de file de l’opposition politique. Ils ont donc choisi d’opérer une alternance au niveau du CFOP. En tant que bons démocrates, nous en prenons acte. C’est le lieu pour moi de présenter nos félicitations au nouveau chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo », a dit celui qui a dirigé le CFOP de 2012 à 2020.

A l’écouter, ce n’est pas l’UPC qui a pris l’initiative de travailler aux côtés de la majorité présidentielle. « Au sortir des élections de 2020, le Président du Faso réélu, Roch Kaboré, a proposé à notre parti d’apporter notre contribution dans la gestion des affaires du pays, notamment sur la question ô combien délicate, mais ô combien incontournable, la réconciliation nationale et la cohésion sociale », a laissé entendre Zéphirin Diabré.

« Les termes de cette nomination et l’ancrage institutionnel qui ont été décidés montrent clairement que nous sommes sur le registre, non pas des ministères classiques derrière lesquels on court pour je ne sais quel avantage, dont les attributions et l’organisation seraient définies et manipulables à souhait. Non non, ça montre que nous sommes dans le registre d’une mission précise à exécuter aux côtés du Président du Faso. Dans le fil des engagements qu’il a pris au lendemain de sa réélection et ce pour le seul bien de ce qui nous est cher, notre patrie le Burkina Faso »

(Zéphirin Diabré, 12 janvier 2021)

C’est considérant ce que l’UPC pense donc apporter comme contribution et vu sa position sur l’échiquier national avant et après l’insurrection populaire de 2014 que le parti a « décidé de manière souveraine de répondre favorablement à la demande du Président Kaboré ». Selon ses dires, les militants du parti ont été consultés avant qu’il ne soit nommé au sein du premier gouvernement du deuxième mandat de Roch Kaboré.

« Je dis de manière souveraine, parce que c’est une question qui est d’abord tranchée par les responsables et les militants de l’UPC et non personne d’autre… C’est de là que vient ma nomination comme ministre d’Etat auprès du Président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale », a-t-il expliqué.

Lire également 👉Gouvernement Dabiré 1 : Beaucoup d’anciens, peu de nouveaux et Diabré à la réconciliation

Le nouveau ministre d’Etat a tenu à remercier le Président du Faso pour la considération accordée au « parti du lion », en pensant que vu son histoire, vu son expérience, vu son positionnement politique hier et aujourd’hui, il a la capacité de conduire cette mission.

En rappel, ce n’est pas la première fois que Zéphirin Diabré et Roch Kaboré travaillent ensemble dans un gouvernement. « Zeph » a été nommé en 1992 ministre de l’Industrie, du Commerce et des Mines sous Blaise Compaoré dans le gouvernement du Premier ministre, Youssouf Ouédraogo décédé en fin 2017 ; tandis que Roch Kaboré était Ministre des Finances.

En mars 1994, Diabré a rejoint le poste de ministre de l’Économie, des Finances et du Plan dans le gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré alors Premier ministre, toujours sous le Président Blaise Compaoré.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *