Côte d’Ivoire : Le gouvernement suspend la hausse du prix de l’huile de table raffinée

346 0

La hausse sur les prix de l’huile de table raffinée n’est plus en vigueur. C’est la conclusion qu’ont produite les discussions entre les industriels du secteur et le gouvernement. Cette revalorisation des prix de l’huile de table raffinée avait été estimée entre 12 à 17%, selon les marques. La hausse des cours mondiaux de l’huile de palme en avait été la principale raison.

L’augmentation du prix de l’huile de table a tout de suite fait grincer les dents et fortement pesé sur les portefeuilles des ménages vu que cet ingrédient est quasi-incontournable dans les cuisines ivoiriennes.  Avec inflation du prix de l’huile comestible, le bidon de 25 litres à 20 000 francs est vite passé à 24 500 francs tandis que la bouteille d’un litre et demi coûtant 1 450 francs est montée à 1 700 francs.

« Nous avons demandé aux industriels de l’huile de table raffinée, de suspendre la décision (de procéder à) cette augmentation à partir du 1er janvier 2021. Lorsque le comité sera mis en place, si la hausse des cours à l’international se poursuit, il y a différents mécanismes qui peuvent être utilisés, également du côté de l’État, pour pouvoir maîtriser les effets, les conséquences de cette hausse sur le pouvoir d’achat », a rassuré Souleymane Diarrassouba, le ministre ivoirien du Commerce et de l’Industrie.

Les industriels ivoiriens ont finalement accepté de suspendre l’augmentation. Les discussions en cours au sein du comité technique mis en place par leur ministère de tutelle devraient offrir des voix afin d’atténuer les effets pervers de ces cours mondiaux.

En Côte d’Ivoire, le prix au détail de l’huile notamment avait été gelé plafonné en 2020 dans le cadre de la lutte contre les conséquences économiques du Covid-19.

Récemment, le patronat des boulangers de la Côte d’Ivoire avait annoncé la hausse du prix de la baguette de pain de 150 francs à 350 francs à partir du 15 Janvier 2021. Le gouvernement a également réussi  à faire renoncer aux meuniers cette augmentation qui avant sa mise en vigueur avait commencé à faire des vagues au sein des associations de consommateurs.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *