Education au Burkina Faso : Un programme de résilience pour les enfants dans les régions à risque

328 0

Le gouvernement du Burkina Faso bénéficie  d’un nouveau programme pluriannuel d’éducation pour faire face à la problématique des enfants déplacés et des vulnérables des communautés d’accueil. A terme, il vise à atteindre 800 000 enfants et adolescents comme cibles dans les 6 régions à fort défi sécuritaire, pour un montant de 32 milliards de FCFA, soit 59 millions de dollars US. Le programme démarre dès janvier 2021 avec  près de 6 milliards FCFA, soit 11 millions USD dans la première phase.

Le ministre de l’éducation, Stanislas Ouaro était ce jeudi 14 janvier 2021, dans les locaux de l’UNICEF à Ouagadougou pour le lancement du début du programme pluriannuel de résilience et la signature d’accord avec les donateurs.

Pour le démarrage du programme, près de 6 milliards FCA débloqués par «Education sans délai « Education cannot  wait » en anglais (5 millions USD) et l’UNICEF ( 6 millions USD).

Ce programme vise à assurer l’accès à l’éducation pour 144 000 enfants  (soit 21%)  de trois régions touchées par la crise sécuritaire. Le programme concerne les enfants déplacés, y compris les enfants les plus vulnérables des communautés d’accueil, les enfants vivant avec un handicap. Le programme assurera la continuité de l’éducation de la petite enfance au primaire et jusqu’au secondaire.

A noter que ce sont plus de 2300 écoles qui sont fermées du fait de l’insécurité perturbant ainsi l’éducation de plus de 400 000 enfants et faisant plus d’un million de personnes déplacées. La pandémie du covid-19 est venue exacerber davantage les vulnérabilités chez ces personnes.

Yasmine Shérif, directrice de Education Cannot Wait

« Nous pouvons soit regarder et ne rien faire, soit agir maintenant en investissant dans les enfants et les adolescents  pour leur donner les moyens de réaliser leur plein potentiel et de devenir des agents  de changement positif pour leur communauté », a indiqué Yasmine Shérif, directrice de ECW. Mais, poursuit-elle, «au Fonds Education sans délai, nous croyons au véritable pouvoir transformateur d’une éducation de qualité. Avec le lancement de ce nouveau projet, nous appelons d’autres donateurs à se joindre à nous pour garantir la scolarisation des enfants ».

Les interventions sont planifiées pour répondre aux besoins de ces élèves y compris le soutien en matière de santé mentale, psychosociale et nutritionnelle. Un accent sera mis sur l’éducation des filles et la promotion d’environnements protecteurs conformément à la déclaration sur la sécurité dans les écoles.

Des partenaires locaux tels que « Enfants du monde », sont chargés de la mise en œuvre du programme et s’engagent à travailler avec les partenaires du consortium d’ONG nationales, le secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence du ministère de l’éducation et le Cluster Education pour l’atteinte des objectifs.

Sandra Lattouf , la représentante de l’UNICEF

 La représentante de l’UNICEF, Sandra Lattouf a, quant à elle, plaidé non seulement pour l’accès à l’éducation, mais à une éducation inclusive et de qualité pour chaque enfant où qu’il soit  et pour un financement conséquent à l’investissement dans l’éducation. «Chacun d’entre nous occupons de stratégies importantes au Burkina dans nos organisations. Collectivement, nous devons intensifier notre plaidoyer pour que le budget alloué à l’éducation corresponde aux investissements nécessaires pour construire des citoyens actifs de demain », dit-elle.

Le ministre de l’éducation s’est réjoui du programme qui reflète entièrement la stratégie d’éducation nationale en situation d’urgence, qui est d’améliorer l’accès, la qualité  et la gestion de l’éducation en situation d’urgence, assurer la sécurité des élèves et des enseignements et la gouvernance éducative.

« Je n’en doute point que nous allons atteindre les effets attendus au regard de la qualité des intervenants …Au-delà de ces résultats que nous recherchons, que cela soit un clin d’œil pour des pays amis ou des pays plus nantis afin de nous aider à face aux chocs exogènes sur notre système éducatif, la crise sécuritaire, la crise sanitaire et éventuellement d’autres types de catastrophes », a indiqué le Pr Ouaro. 

A noter que le budget total du programme pluriannuel de résilience 2021-2023  pour le Burkina Faso est financièrement chiffré à  59,1 millions de USD. 48 autres millions USD complémentaires restent à mobiliser auprès des donateurs publics et privés pour une mise en œuvre intégrale du programme et le ministre de l’éducation rassure de son accompagnement pour mobiliser le reliquat.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *