Lutte contre le terrorisme au Burkina Faso : Une association voit le jour

Une association dénommée S.O.S terrorisme-BF  a vu le ce jeudi 14 janvier 2021. Constituée de communicateurs, journalistes et travailleurs sociaux, cette association a pour but de s’engager à l’éradication du terrorisme par l’engagement dans la promotion du dialogue inter-religieux, le rapprochement des FDS avec la population.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme,  une association du nom de S.O.S terrorisme-BF a été présentée ce jeudi 14 janvier 2021 à Ouagadougou. Cette association  se veut être un maillon fort dans la lutte anti-terrorisme au Burkina.

Selon le coordonnateur national de S.O.S terrorisme-BF, Amadou Dicko, l’association constituée de 13 membres, est un front social et culturel qui s’engage dans la lutte anti-terrorisme par la promotion du dialogue social, le rapprochement des FDS à la population à travers le sport, la formation des leaders religieux et coutumiers sur la tolérance. «La meilleure stratégie de lutte contre le terrorisme consiste à détruire sa base idéologique qui constitue sa force, son opium pour endoctriner et enrôler des militants »,  a-t-il expliqué.

Pour lui, S.O.S terrorisme-BF a sa particularité qui est de compléter les dispositifs de lutte contre le terrorisme qui étaient déjà présents au Burkina. Ces actions  sont, entre autres, la défense des institutions  républicaines, le vivre ensemble, la culture de l’amour, du vivre ensemble, la lutte contre toute forme de discrimination et stigmatisation, l’engagement pour l’intérêt supérieur de la nation burkinabè comme des éléments essentiels qui marquent la particularité de l’association. 

Issaka Sawadogo, secrétaire chargé de la communication, a déclaré que la lutte anti-terroriste n’est pas seulement la responsabilité des FDS mais aussi celle des acteurs de la société civile. «  C’est pourquoi chacun de nous, par sa qualité de communicateur, de journaliste, travailleurs sociaux, va user de ses connaissances pour faire bouger les lignes dans cette lutte », a-t-il poursuivi.

« Nous allons être plus proches de la population ».

Armel Ilboudo, secrétaire adjoint chargé de la communication stratégique, des relations publiques et de la mobilisation des communautés a pour sa part insisté sur les stratégies à adopter pour atteindre les objectifs fixés par l’association.

« Nous allons être plus proches de la population en allant dans les zones les plus reculées. Ainsi, nous allons procéder par des écoutes à travers des enquêtes, par des approches des déplacés internes à travers le parrainage des enfants et l’accompagnement juridique, par des conférences, des caravanes, des panels, des théâtres et documentaires pour sensibiliser et interpeler la population», a-t-il ajouté.

Le Burkina fait face au  terrorisme depuis  2015. On note plus  de 126 attaques faisant environ 1000 morts, 1 million de déplacés internes, 3000 écoles fermées privant ainsi 400 000 élèves de l’accès à l’éducation, selon le rapport de Humann Right Watch.

Abdoul Gani BARRY et Deborah BENAO (stagiaires)

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page