Ministère des sports : « Je ne viens pas diriger les fédérations », prévient Dominique André Nana dit Dédé

846 0

Dominique André Nana dit Dédé a pris fonction le vendredi 15 janvier 2021 en tant que nouveau ministre des sports et des loisirs (MSL). Il  remplace Daouda Azoupiou resté trois ans à ce poste.

Une nouvelle ère s’ouvre au ministère des sports et des loisirs. Après trois années passées à la tête de ce département, Daouda Azoupiou cède sa place à Dominique André Nana, nommé le 10 décembre 2021. En partant, Daouda Azoupiou laisse à son successeur plusieurs dossiers.

Il s’agit de la réhabilitation du Stade du 4-Août de Ouagadougou et du Stade Sangoulé Lamizana, la candidature du Burkina pour les jeux africains 2017 et les infrastructures exigées à cet effet, l’inauguration du centre médico-sportif d’un montant de 700 millions de francs CFA dont l’objectif est de « booster la performance des sports pour qu’ils puissent relever de nombreux défis ».

Le nouveau ministre des sports et des loisirs s’est dit conscient des défis à relever au niveau de ce ministère. « Je ne suis pas venu vous remplacer. Je suis venu continuer vos œuvres  tout en imprimant ma marque », a fait savoir Dominique André Nana. Pour cela, il a demandé aux agents du ministère des sports et des loisirs de libérer leur génie créateur pour l’atteinte des objectifs qui lui seront confiés à travers sa lettre de mission.

« Nous sommes venus trouver un ministère qui est débout »

Malgré son statut d’ancien gardien de but de l’Association sportive Faso Yennenga (ASFA Y), le nouveau ministre a prévenu : «  Je ne serai pas le ministre du football ». En plus de cela, il a aussi assuré les différentes organisations qu’il ne compte pas gérer leurs affaires à leurs places. « Je ne suis venu gérer les services, je ne suis venu gérer les directions. Je ne suis pas venu gérer les fédérations », a ajouté le conseiller juridique de Amado Traoré, candidat à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF) en août 2020.

Des cadres du MSL, le président du Comité national olympique et des sports burkinabè (CNOSB) Jean Yaméogo, le président de la FBF Lazare Banssé, le directeur général du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL), Steve Marc Sanon étaient présents à cette passation de charges.

« Ce n’est pas le temps de la parole. Nous sommes venus trouver un ministère qui est débout, tient la route. Nous allons mettre nos pas dans ceux de nos prédécesseurs pour faire avancer le sport burkinabè », a terminé Dominique André Nana.

« Je n’ai pas pu bien dormir lorsqu’un travail est mal fait »

« C’est un département de passion qui anime tout le monde. Que ce soit les pratiquants, que ce soit les dirigeants ou encore les spectateurs ou sympathisants, tout le monde souhaite que le travail soit bien fait, que ce soit en matière d’infrastructures ou de compétitions parce que les gens veulent des résultats. Sachez que je n’ai pas pu bien dormir lorsqu’un travail est mal fait, notamment au niveau des infrastructures  ou sur un chantier de bétail, nous perdons la compétition quelque part. C’est un département où on ne dort pas », a lancé comme un avertissement Daouda Azoupiou.

Même si le sujet a été éludé, Dominique André Nana doit s’attaquer à l’épineuse question de la mauvaise qualité de plusieurs infrastructures sportives construites dans le pays. Les deux hommes ont souhaité la mobilisation des Burkinabè pour soutenir les Etalons locaux et les Etalons cadets engagés respectivement au championnat d’Afrique des nations (CHAN) et au tournoi de l’Union des fédérations Ouest africaines de football (UFOA-B).



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *