Culture : Le FIDO se déroulera sous le signe des « privations de libertés »

168 0

La 9ème édition du Festival International de Danse de Ouagadougou (FIDO) se tiendra du 23 au 30 janvier 2021 à Ouagadougou à l’Institut Français et au grin des arts vivants. C’est autour du thème « privations de libertés » que va s’articuler se festival de danse.  Les organisateurs du Festival étaient face à la presse à l’institut français de Ouagadougou ce samedi 16 janvier 2021 pour donner les différentes articulations de l’édition.

A cette 9ème édition, les compagnies de danse s’exprimeront à travers le thème  « privations de libertés ». Pour la promotrice Irène Tassembédo, le thème est lié à la situation sanitaire actuelle que vit le Burkina et le reste du monde. « Ces derniers temps nos libertés ont été mises à dure épreuve et tout dernièrement avec le covid-19 », a indiqué Irène Tassembédo. Pour elle, la danse permet s’évader car retrouver la liberté est devenu difficile dans ce contexte sécuritaire et sanitaire.

Des compagnies viendront de partout dans le monde

Cette année, 20 compagnies participeront à l’animation du  FIDO. Ces compagnies viennent du Burkina, d’autres pays de l’Afrique, de l’Amérique et de l’Europe. Par ailleurs, la promotrice du FIDO, Irène Tassembédo rappelle aux compagnies venant de l’extérieur que,  pour pouvoir voyager il faut faire le test du covid-19, 72 heures avant le voyage. Donc, si une compagnie est testée positive au covid-19, elle ne pourra pas prendre part au festival. C’est le test covid qui pourra donc confirmer ou infirmer la présence des 20 compagnies. Actuellement des compagnies étrangères telles que la Côte d’Ivoire et le Sénégal sont déjà présentes au Burkina Faso.

Les organisateurs veilleront au respect des mesures barrières

4000 spectateurs  sont attendus pour découvrir les différents spectacles de danse sélectionnés pour cette 9ème édition. La directrice artistique Irène Tassembédo n’a pas omis de préciser que les spectateurs devront se conformer aux mesures barrières mises en place.  Le directeur de l’institut français, Patrick Hauguel, d’ajouter que « pour avoir accès à l’institut français des prises de température auront lieu à l’entrée de l’institut. Les personnes présentant ne serait-ce que de la fièvre n’auront pas accès à l’institut ».

Le manque de moyens de financement n’a pas empêché l’organisation du FIDO

Malgré la réduction de moyens financiers et la pandémie à coronavirus, Irène Tassembédo a tenu à organiser encore cette année le FIDO. «Tout le monde dit qu’ à cause du covid ça serait difficile parce qu’il n’y a plus les moyens  mais on a quand même décidé de faire cette édition malgré l’imputation énorme sur le plan budgétaire », dit-elle.  Les organisateurs du FIDO comptent ouvrir un petit théâtre au grin des arts vivants où ils vont continuer à faire des programmations de façon régulière, après ce Festival.

Au programme, après la cérémonie d’ouverture le samedi 23 janvier au grin des arts vivants, les spectacles auront lieu le 26 ; 27 ; 29 et 30 janvier à l’institut français et le jeudi 28 au grin des arts vivants. Aussi sont prévus, des spectacles à partir de 20h des concerts après 22h et des masters class qui rythmeront le festival tous les jours.

Deborah BENAO (stagiaire)

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *