Grand banditisme à Ouagadougou :  3 malfrats qui opéraient à Bangr-Weogo dans les filets de la police

259 0

3 brigands spécialisés dans le braquage et les agressions sexuelles ont été mis aux arrêts par la police nationale à Ouagadougou. Le parc urbain Bangr-Weogo constituait leur principal champ d’opération. La police a rassuré quant au retour de la quiétude au sein dudit parc.

 

Un groupe de trois braqueurs, a été mis aux arrêts suite à des investigations de la police judiciaire du Centre (SRPJ- Centre). La police nationale s’est engagée à garantir la sécurité des visiteurs du parc urbain Bangre-Weogo, et par extension des touristes.

Bangr-Weogo a servi de lieu de prédilection pour ces bandits qui se sont donnés pour activité des attaques qu’ils exercent de préférence sur des jeunes filles venues faire des exercices sportifs au parc, et majoritairement des jeunes filles blanches.

Accessoirement, le groupe a effectué des cambriolages de boutiques et de domiciles et a également pratiqué des agressions sur des berges du barrage de Tanghin. Selon la sécurité nationale, ils sont actifs depuis plus d’un an avec plus de dix cas d’agressions à leur compte, dont deux de nature sexuelle. Ils sont tous âgés de moins de 30 ans.

Ils dépouillent la victime de ses biens

Le commissaire de police Saybou Galbane a donné leur mode opératoire dans le cas du parc :  « tous armés de coutelas, ils accèdent au parc urbain Bangr-Weogo à travers les failles de la clôture et des sentiers difficiles d’accès dudit parc qu’ils maîtrisent au mieux. Lorsqu’ils identifient leur cible, ils surgissent alors et, menaçant avec des coutelas, ils dépouillent la victime de ses biens et s’évanouissent de nouveau dans les bois »,  a-t-il expliqué.

« Nous veillons au grain quotidiennement et de concert avec les autorités du parc », a rassuré Josué Zabsonré, chef adjoint du SRPJ-Centre. Tout en invitant les citoyens à la vigilance, la sûreté nationale a exhorté chacun à signaler tout cas suspect à travers les numéros verts que sont le 17, le 16 et le 1010.

Josué TIENDREBEOGO (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *