Perception indue de salaires : L’ASCE-LC épingle deux agents au ministère de la santé

240 0

L’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) a rendu public son rapport d’activités de 2019.

Le rapport général annuel d’activités de l’année 2019 de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) retrace les activités de l’année. Il s’agit, entre autres, de la prévention et la lutte contre la corruption dans la gestion des secteurs public et privé et de la société civile et le contrôle des services publics.

L’ASCE-LC a reçu près de 350 rapports venant des différentes inspections techniques de service et les inspections générales des finances.  En 2019, l’ASCE-LC a travaillé sur 17 dossiers de plaintes et de dénonciations.

Par ailleurs, dans la même année, l’ASCE-LC s’est auto saisie de certains dossiers. Il s’agit de la  perception indue de salaires par des agents publics en situation irrégulière d’abandon de poste.

« Des agents publics en situation irrégulière d’abandon de poste et se trouvant souvent hors du pays continuent de percevoir leur solde. L’ASCE-LC s’est saisie de deux cas d’agents publics du ministère de la Santé », a indiqué le rapport.

Concernant la déclaration d’intérêts et de patrimoine, 10 personnes sont toujours en retard. Il s’agit de 2 ministres et de 8 députés.

« La procédure de mise en demeure les concernant est en cours. Ainsi ceux qui ne s’exécuteront pas à l’issue de cette mise en demeure se verront appliquer les sanctions prévues par les textes en vigueur », a précisé le rapport. L’ASCE-LC a également relevé des dépenses irrégulières dans certaines structures.

« En 2018, sur 237 933 628 506 FCFA de dépenses contrôlées sur les comptes de dépôt, 766 129 818 FCFA sont des dépenses irrégulières. Les montants les plus élevés des dépenses irrégulières ont été constatées dans les ministères suivants par ordre décroissant : le ministère de la sécurité, de l’Intégration Africaine, de la culture.

L’ensemble des dépenses irrégulières, d’un montant de 766 129 818 FCFA représentent 0,29% des dépenses totales en 2018. On constate une tendance à la baisse des dépenses irrégulières de 2018 par rapport à 2017 qui sont passées de 2,25% à 0,29%.

Ces dépenses irrégulières se composent de dépenses sous-tendues par des pièces justificatives irrégulières ou sans pièces justificatives : 250 860 708 FCFA soit 32,74% des dépenses irrégulières ; dépenses inéligibles : 515 269 110 FCFA soit 67,25% des dépenses irrégulières », a souligné l’ASCE-LC.

En somme, l’ASCE-LC recommande une disponibilité d’équipements spécifiques et une enveloppe financière conséquente pour accroitre les capacités opérationnelles de la structure.

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *