CEDEAO : Les ministres des affaires étrangères en conclave virtuelle

214 0

Le 44è Conseil ordinaire de médiation et de sécurité au niveau ministériel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDAO) a eu lieu, en vidéo conférence, le mardi 19 janvier 2021. La session était placée sous l’égide de  Shirley Ayokor Botchway, ministre des affaires étrangères, présidente en exercice du Conseil de médiation et de sécurité au niveau ministériel. Elle a fait le diagnostic de la situation politique et sécuritaire de la zone ouest africaine.

Le Conseil ordinaire de médiation et de sécurité réunit les Ministres des affaires étrangères des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette rencontre doit préparer le sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO prévu pour le samedi 23 janvier 2021.

Cette première réunion ministérielle qui s’appelle Conseil de médiation et de sécurité s’est penchée sur les questions politiques, sécuritaires et humanitaires de la région ouest africaine, a indiqué Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères et de la coopération du Burkina Faso. Il a ajouté que le conseil s’est attelé à faire le point de la situation au Mali, l’évolution de la situation en Guinée-Bissau et aussi en Gambie.

Par ailleurs, les élections dans les diffèrents pays de l’espace CEDAO ont fait l’objet d’analyse. Déjà Shirley Ayokor Botchway, dans son discours d’ouverture, a salué la tenue des élections au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Niger et en Guinée Conakry.

« Le Burkina Faso va être à l’aise dans les débats »

Alpha Barry s’est réjoui de la bonne marche des élections au Burkina Faso, chose qui lui facilitera les échanges lors des débats de la session. 

« Nous avons eu une élection inclusive et apaisée. Nous avons eu également des élections démocratiques qui ont été acceptées par tous, certifiées par la communauté internationale avec tous les observateurs qui étaient ici. Le président du Faso a pris en mains la question de la réconciliation en créant un ministère plein de la réconciliation nationale dirigé par l’ancien président du CFOP (Chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, ndlr). De ce côté, le Burkina Faso va être à l’aise dans les débats », a indiqué le patron de la diplomatie burkinabè.

Il a salué l’effort fait par la CEDEAO pour les déplacés internes au Burkina Faso, mais compte en appeler à plus d’effort et à une solidarité internationale. Concernant la situation sécuritaire, Alpha Barry a évoqué la nécessité d’insister sur la mise en œuvre du « plan d’action de la CEDEAO qui devrait être financé à hauteur de 1 milliard de dollars adopté en septembre 2019 à Ouagadougou », pour stabiliser la zone toujours confrontée aux attaques terroristes.

Akim KY (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *