Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé se sépare de la coalition de l’opposition et suspend sa participation aux législatives 

179 0

Le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples, Cojep, le parti de Charles Blé Goudé, a au travers d’un communiqué ce lundi 18 Janvier 2021 annoncé son retrait de la plateforme de l’opposition, la Coalition pour La Démocratie La Réconciliation et la Paix, CDRP, créée par le président du PDCI, Henri Konan Bédié. Il a également informé l’opinion nationale et internationale de son intention de suspendre sa participation aux législatives du 6 mars 2021.

Pour le Cojep, les Ivoiriens ont droit à la vérité sur les raisons de l’échec de la désobéissance civile et le Conseil National de Transition (CNT) qui n’ont « pas produit les résultats escomptés”.

Après une crise pré-électorale et post-électorale à la suite de la présidentielle ivoirienne du 31 Octobre 2020 marquée par une unité d’action de l’ensemble des acteurs de l’opposition politique ivoirienne, l’heure des dissuasions semble bien être arrivée avec la question de la participation ou non aux législatives du 06 Mars 2021. Pour ce qui est du Cojep, le parti de Charles Blé Boudé, l’ex-ministre ivoirien de la jeunesse et ex-déténu de la Cour Pénale Internationale, CPI, il n’en est plus question.

L’annonce a été faite ce lundi 18 Janvier 2021 dans un communiqué qui indique que “le Cojep (….) suspend sa participation aux activités liées aux élections législatives tant au sein de la CDRP (Coalition pour la démocratie la réconciliation et la paix) qu’avec les plateformes de l’opposition (…) Le Cojep se soustrait de tout engagement au sein de la CDRP et reconsidère sa collaboration avec ladite coalition dès publication du présent communiqué“.

Selon le signataire de ce document, Patrice Saraka, secrétaire général du Cojep, son parti et la coalition dite La voix du peuple « entendent poursuivre et renforcer leur tournée de compassion, de solidarité, d’écoute et de consultation des populations afin de définir avec elle ses priorités », a-t-il souligné dans la déclaration. Tout en réclamant “le report des élections législatives pour sauver des vies humaines”, le Cojep propose que la classe politique ivoirienne consacre son énergie à des discussions touchant « de tous les sujets qui divisent dans le cadre d’assises nationales inclusives plutôt que de consacrer du temps à compter des morts et à panser les meurtrissures et les blessures“.

Le Cojep appelle à une remise en cause de l’opposition ivoirienne par une « une introspection profonde et qu’elle réinvente les meilleures approches pour rassurer à nouveau le peuple et lui redonner espoir ». Pour le parti de Charles Blé Goudé un « dialogue dominé par la philosophie du partage, des arrangements, au mépris et au détriment des intérêts fondamentaux des Ivoiriens qui pourtant continuent de payer un lourd tribut des incohérences politiques devenues monnaie courante dans le pays » est à déplorer chez l’opposition.

Il en est autant pour « un processus électoral précipité et biaisé à tous les niveaux et qui est guidé par la même philosophie du partage et par une volonté hégémonique et expansionniste » du pouvoir d’Abidjan. Avant le Cojep de Charles Blé Goudé, le Groupement et Peuples Solidaires de l’ex-président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, a fait connaitre sa position de bouder la prochaine législative ivoirienne.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *