Burkina Faso : « Generation Food » un nouveau projet pour accompagner  l’entreprenariat des jeunes

326 0

L’Agence Municipale du Développement Économique Urbain de la Mairie de Ouagadougou  a tenu  le jeudi 21 janvier 2021,  la première session du comité de pilotage du projet “Generation Food”.  Ce projet est né de la collaboration  entre l’ONG Rikolto et la commune de Ouagadougou.

Dans le souci de contribuer à l’alimentation saine et équilibrée de la population de la commune de Ouagadougou, un projet dénommé « Generation Food » a été mis en œuvre par l’ONG Rikolto et la commune de Ouagadougou à travers l’Agence de Développement Economique Urbain (ADEU). En effet, ce projet vise à mettre en place un incubateur  « Generation Food » au profit des jeunes entrepreneurs.

Selon Edouard Bouda, Directeur général de l’agence du développement économique urbain (ADEU) de Ouagadougou, il s’agit de mettre en place un cadre de formation de jeunes entrepreneurs.

« Il suffit de porter une idée d’entreprise dans le domaine de l’agroalimentaire. Que ce soit pour la production, la  transformation et la commercialisation et le cadre vous forme avec des experts aguerris. Il vous met également en contact avec la réalité du terrain, vous aide à construire tout le projet et à la fin avec votre business plan. Sur cette base on mobilise aussi des gens  pour vous accompagner pour le financement », a-t-il déclaré.

La  première phase vise 80 porteurs de projet repartis en deux groupes dont  60 qui ont des idées de projets et 20 qui ont déjà créé leurs entreprises qui ont besoin d’encadrement.

 Scarlette Zongo, présidente du comité de pilotage du projet « Generation Food »  a affirmé qu’avec  un taux de croissance de 7, 2%, Ouagadougou est l’une des villes qui croit le plus dans la sous-région.

Le projet  a un coût total de 163 millions de F CFA

«On se demande comment on va nourrir toute cette population dans les années à venir. Il faut absolument que dès maintenant on commence à trouver des voies et moyens pour encourager l’entreprenariat des jeunes en matière d’agriculture urbaine et périurbaine pour pouvoir nourrir Ouaga dans 10, 15 ou 20 ans », a-t-elle expliqué.

 

Le projet est mis en place dans les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. «Nous avons pensé que commencer par Ouagadougou serait une bonne chose parce que cela  va asseoir des bases pour créer des aliments sains, accroitre l’accès à une alimentation plus saine produite de manière durable. Créer des entreprises dans ce sens était pour nous primordial », a expliqué  Amado Tapsoba, directeur régional de Rikolto pour l’Afrique de l’Ouest.

Le projet  s’étend sur deux ans et est soutenu  par l’ONG Rikolto, financé par la fondation Gillès.  Il a un coût total de 250 000 euro, soit 163 millions de F CFA. Rikolto contribue à environ 20%, et  le reste est supporté par la fondation Gillès.

Les jeunes et femmes entrepreneurs sélectionnés  bénéficieront  d’un programme de formation  sur 6 mois, d’appui en élaboration de plan d’affaire et seront mis en relation avec des entrepreneurs expérimentés.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *