Burkina Faso : La NAFA rejoint la majorité au nom de la réconciliation

310 0

Joint par Burkina 24 le mercredi 27 janvier 2021, le Pr Mamoudou Hama Dicko, Président de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) a confirmé que son parti dépose armes et bagages au sein de la majorité présidentielle conduite par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). « Oui ! On a rejoint la majorité », a-t-il fait savoir.

La NAFA quitte ainsi l’opposition après y avoir siégé aux côtés de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) lors du dernier quinquennat (2015-2020). Contacté par Burkina 24, le Pr Mamoudou Hama Dicko, président du parti susmentionné a argué d’une part, la création du ministère en charge de la réconciliation nationale, conduite par Zéphirin Diabré, lui-même ex principal opposant entré dans le nouveau gouvernement, pour démontrer la décision de son parti.

« Actuellement, avec la création du ministère en charge de la réconciliation nationale, nous trouvons notre compte à ce niveau, au niveau de l’action gouvernementale », a indiqué le président de la NAFA avant d’apporter un autre argument pour justifier le ralliement de son parti à la majorité.

« Nous voulons être cohérents parce que nous avons soutenu Zéphirin Diabré à l’élection présidentielle (du 22 novembre 2020, ndlr). Malheureusement, il n’est pas passé. Il a eu 12 députés (aux législatives, ndlr) et nous sommes sortis avec zéro député (…). Nous avons trouvé logique de l’accompagner avec l’appel du chef de l’Etat qui l’a nommé à ce poste (ministre d’Etat, en charge de la réconciliation nationale, ndlr).

En tous cas, ce qui nous attire plus dans l’action gouvernementale, c’est l’aspect réconciliation. Dans tous les cas, nous pensons que nous pouvons plus apporter notre contribution en soutenant Roch Kaboré sur ce mandat, puisqu’il ne sera plus candidat en 2025 et on est plus à l’aise en l’accompagnant dans son programme que de s’opposer à son programme ».

Pr Mamoudou Hama Dicko

Par ailleurs, la NAFA, parti d’opposition sous le dernier quinquennat avait porté des critiques, parfois les plus acerbes, sur la gestion du pouvoir par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Mais pour le président de ce parti, « c’est la politique ».

« Même ceux qui gouvernent se sont autocritiqués aussi. Imaginez-vous Me Benewendé Sankara qui vient rejoindre les Roch Kaboré. Au temps de Blaise Compaoré, qui dirigeaient ? En politique, chaque cycle recommande certaines reconfigurations. On ne dit jamais ‘’jamais’’. En politique, c’est une question de tendance à un instant T. Il n’y a jamais ‘’jamais’’. Ce n’est pas rectiligne et les positions ne sont pas figées », a fait savoir le Pr Mamoudou Hama Dicko.

Pour la NAFA, « le pays actuellement va mal » et il y a un « besoin de se mettre ensemble ».



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *