Mali : Le Président de la transition dissout le CNSP

336 0

Bah N’Daw, le Président de la transition a signé un décret portant dissolution du Comité national pour le salut du peuple, CNSP, qui au renversement de l’ex-chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Ce décret en date du 18 janvier 2021 attend d’être publié au Journal officiel.

La dissolution du Comité national pour le salut du peuple, CNSP, était l’une des prescriptions de la Charte de la transition qui appelait à sa disparition une fois les organes chargés de gérer la transition étaient mises en place.

Toutefois, la lenteur remarquée dans l’exécution de cette disposition avait commencé à faire douter la classe politique, la société civile et les observateurs de la vie politique malienne.

C’est ce 23 janvier 2021, lors du sommet ordinaire de la Cedeao que les chefs d’État s’étaient inquiétés de la non-dissolution de cette organisation et avaient interpelé leur homologue du Mali sur la question. Le communiqué final de la conférence a fait savoir que le président Bah N’Daw avait à cet effet informé ses homologues ouest-africains de « l’adoption d’un décret de dissolution du CNSP qui sera rendu public incessamment, ainsi que de la soumission dans les jours à venir de la feuille de route de la transition pour adoption par le CNT ».

Le CNSP avait en Août 2020 procédé à l’arrestation d’IBK, après plusieurs mois d’appel populaire à sa démission avec à sa tête le Mouvement du 5 Juin (M5) de l’Imam Dicko. Les cadres du CNSP, tous des militaires occupent à ce jour  les postes clés dans la gestion de la transition ou de l’armée. Il s’agit notamment du colonel Assimi Goïta, numéro un du désormais ex-CNSP, est vice-président du Mali, chargé des questions de défense et de sécurité et du Colonel Malick Diaw qui fait office d’assemblée nationale. Le colonel Sadio Camara, ex-deuxième vice-président de la junte militaire occupe la fonction de ministre de la Défense et des anciens combattants et le colonel Modibo Koné, ex-troisième vice-président a été nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile.

Le colonel major Ismaël Wagué, anciennement connu pour son rôle de porte-parole de la junte aux premières heures du renversement d’IBK dirige le ministère de la Réconciliation nationale.

Kouame L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *