Burkina Faso : 35 nouveaux architectes prêts à servir

Au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Ouagadougou, 35 architectes sortis des écoles de formation ont signé un engagement pour embrasser une carrière d’architecte. Concevoir, réaliser et contrôler des édifices publics et privés, est la responsabilité qui incombe à ces désormais architectes appelés à servir ou à ouvrir leur propre cabinet. La cérémonie de prestation de serment a eu lieu le mardi 3 février 2021.

L’architecte a pour mission de concevoir et d’établir, avec la collaboration des techniciens de son choix, des projets de construction, d’aménagement, d’entretien et de décoration de toutes natures conformément à l’article 1 de la Zatou, a rappelé Dakio Dofini, Substitut du procureur.

Il a ajouté que la mission de l’architecte s’étend du contrôle à la réalisation des projets conformément aux règles de l’art et de la protection technique en vigueur. Le Substitut du procureur a insisté sur les devoirs de bien faire aux nouveaux architectes, « on ne veut pas voir des ouvrages biodégradables », a-t-il insisté.

« Je le jure ! »

Les textes exigent que, pour toute construction de bâtiment dont la superficie dépasse 200 m2, le maitre d’ouvrage a l’obligation de recourir à un architecte. Il est de même que les bâtiments dont le coût excède 30 millions de FCA, a fait savoir Dakio Dofini. Il a suggéré aux nouveaux architectes de s’engager pour que ces textes soient appliqués afin que chacun d’eux puissent avoir « sa part du gâteau ». « Obligez-nous à avoir recours à vous parce que c’est la loi qui le dit », a-t-il clamé.

A la suite de la lecture des dispositions liées à la fonction d’architecte notamment les aspects liés à la « qualité architecturale », ou au respect des « règles de l’ordre de l’architecte burkinabè », par le Substitut du procureur, les nouveaux impétrants au nombre de 35 ont prêté serment. A tour de rôle, ils ont levé la main droite et ont tous recité : « je le jure ! ».

Fabien Ouédraogo, président de l’Ordre des architectes du Burkina

Pour Fabien Ouédraogo, président de l’Ordre des architectes du Burkina, la prestation de serment est un acte fondamental dans la vie d’un architecte. « Il est prévu dans notre règlement intérieur et le code de devoir professionnel que l’architecte, avant de commencer à exercer, prête serment devant une juridiction », a-t-il confié. Il a ajouté que l’impétrant jure sur les textes qu’il doit suivre dans sa vie professionnelle.

« L’idéal serait d’apprendre auprès des ainés, parce qu’ils ont enduré beaucoup de choses » (Alida Zongo)

Du coté des nouveaux impétrant, c’est la joie d’embrasser une carrière d’architecte. Ouvrir son propre cabinet n’est pas le rêve premier de Alida Zongo, nouvelle impétrante. « L’idéal serait d’apprendre auprès des ainés, parce qu’ils ont enduré beaucoup de choses. Ils ont beaucoup d’expériences, et il y’a beaucoup à apprendre de ce côté avant de se lancer », a-t-elle indiqué.

35 nouvelles compétences prêtes à servir

Akim KY (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page