Développement des collectivités territoriales : Clément Sawadogo visite l’ADCT

542 0

Le ministre en charge de l’administration territoriale et celui délégué à la décentralisation ont rendu une visite à l’Agence nationale d’appui au Développement des Collectivités Territoriales (ADCT) ce lundi 8 février 2021. Selon le ministre Clément Sawadogo, l’objectif de cette sortie est de prendre langue avec les structures rattachées à son département pour une opérationnalisation des actions.

Officiellement installé le 14 janvier 2021, le nouveau ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation Clément Sawadogo imprime déjà son rythme au département. En effet, le successeur de Siméon Sawadogo a entamé une visite des structures rattachées à son département. A l’étape de l’Agence nationale d’appui au Développement des Collectivités Territoriales (ADCT) qu’il a lui-même créé en 2008, Clément Sawadogo a indiqué que « c’est une belle visite ».

Pour ce « vétéran » de l’administration territoriale, la structure dirigée par Bruno Dipama est une pierre angulaire de son département. Pour lui, l’ADCT est et a toujours été au cœur de la décentralisation. « L’existence de fonds devrait permettre le financement des activités locales. La grande majorité de tout  ce qui est allocation en faveur du développement local devrait transiter par ce fonds », a expliqué Clément Sawadogo.

C’est alors un ministre heureux qui a trouvé le fonds métamorphosé en agence. Et ce, pour le grand bonheur des collectivités territoriales. Cependant, cette satisfaction du ministre ne doit pas cacher les difficultés que Bruno Dipama et ses collaborateurs rencontrent. Selon le directeur général de l’ADCT, des défis restent à relever pour rendre sa structure plus efficace. « Non seulement la subvention de l’Etat n’est pas à une certaine hauteur (entre 6 et 10 milliards de F CFA par an) et même c’est 6 milliards F CFA  qui sont annoncés sont régulièrement soumis à la régularisation budgétaire », a-t-il dit.

« La difficulté principale, c’est la faiblesse de l’abondement des ressources »

A l’écouter,  c’est une situation peu confortable pour cette structure stratégique et importante. Bruno Dipama demande alors une sécurisation de la part de l’Etat pour mener à bien ses missions. Techniquement, il demande alors «une prévisibilité sur au moins trois ans » par rapport à la subvention de l’Etat. « Ça permet aux collectivités de pouvoir monter des projets de grandes envergures qui vont sensiblement impacter la vie des populations à la base », a laissé entendre le directeur général de l’ADCT.

Bruno Dipama demande alors une sécurisation de la part de l’état

Du côté ministériel, même si l’on salue le fait que l’ADCT puisse désormais affirmer son caractère bancaire, les difficultés ne sont pas à oublier. C’est d’ailleurs l’un des objectifs de sa sortie. Clément Sawadogo entend alors chercher le bon bout à tenir dans de telles situations. « La difficulté principale, c’est la faiblesse de l’abondement des ressources dans ce fonds », a-t-il martelé. Une insuffisance remarquée du côté de l’Etat comme du côté des partenaires.

En attendant de trouver les solutions pour permettre à l’ADCT « de se confirmer d’avantage et se consolider aussi », le ministre en charge de l’administration territoriale est revenu sur le redécoupage territorial. Même si Clément Sawadogo n’a pas confirmé la création de nouvelles collectivités territoriales, il a cependant signifié que l’ADCT sera aux côtés de « ces nouvelles collectivités » si cela arrivait. Une situation qui appelle à  parer à toute éventualité, selon le ministre.

Basile SAMA

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *