Tchad: Des arrestations après une manifestation contre un 6ème mandat du président Idriss Deby

La commission tchadienne des droits humains a déploré une centaine d’arrestations ce samedi 6 Février 2021 à N’Djamena la capitale et sur l’ensemble du pays à la suite d’une marche de l’opposition interdite par les autorités du pays. Ces manifestations visaient à protester contre la candidature à un sixième mandat du Président Idriss Déby. L’élection présidentielle tchadienne se tiendra le 11 Avril 2021 et l’opposition dans une coalition compte proposer un candidat unique pour tenter de déboulonner le président sortant au pouvoir depuis trente (30) bonnes années.

La police tchadienne a annoncé ce lundi 8 février au matin l’inculpation de sept personnes par la justice. Ces personnes sont accusées de troubles à l’ordre public après l’organisation de manifestation interdite par les autorités tchadiennes. Il s’agit notamment de Mahamat Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne des droits de l’homme, ainsi que Fatimé Soumaïla, trésorière des Transformateurs. Quant à l’opposant Succès Masra, il s’est réfugié à l’ambassade des États-Unis.

« La police nationale ne gère pas ce qui se passe dans les chancelleries, chaque ambassade est responsable de ses activités. Le rôle de la police, c’est d’interpeller ceux qui résistent à la loi et de traquer ce qui se déversent sur la voie publique pour commettre des casses. Pour le reste ce n’est pas son problème, c’est en dehors de ses compétences», a expliqué le commandant Paul Munga, porte-parole de la police nationale qui a ajouté que plusieurs policiers avaient été blessés et plusieurs véhicules endommagés. Interrogé sur le cas du leader du parti des Transformateurs, le commandant Paul Munga a botté en touche.

Des négociations en vue de garantir la sécurité de Succès Masra à sa sortie de l’ambassade sont en cours. Toutefois, ce dernier exige le retrait des forces de sécurité du périmètre de l’ambassade qu’elles encerclaient depuis ce samedi 06 Février mais également la libération des personnes arrêtées sans quoi il ne quitterait pas l’ambassade.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page