Burkina Faso : Rencontre à Komki-Ipala autour du Projet Grand Ouaga

468 2

Le Grand Ouaga est un espace géographique, d’une superficie d’environ 3304 km2, comprenant la commune de Ouagadougou et sept communes rurales périphériques (Komki-Ipala, Komsilga, Koubri, Loumbila, Pabré, Saaba et Tanghin-Dassouri). Dans l’optique de créer la communauté des communes, le projet Grand Ouaga sera matérialisé par la signature d’une convention entre les maires des huit communes concernées. L’atelier de concrétisation de cette fédération s’est ouvert ce jeudi 11 février 2021 à Komki-Ipala, et prendra fin le 12 février 2021.

Pour la genèse de la fédération des communes du Grand Ouaga, un séminaire international de planification urbaine a eu lieu les 26 et 27 septembre 2019 à Loumbila. A l’occasion, un accord politique a été signé par les maires des huit Communes concernées afin d’engager le processus de concrétisation du projet Grand Ouaga.

« Komki-Ipala soit le départ d’une nouvelle vision de la gestion des villes » 

Du 11 au 12 février 2021, les maires des huit communes concernées par le projet Grand Ouaga se sont rencontrés à Komki-Ipala pour mieux peaufiner le projet. 

« Nous sommes ici ce matin à Komki-Ipala pour signer, de façon solennelle, la nouvelle entité, large et ouverte qui, loin d’étouffer les initiatives locales, permettra de traiter de manière holistique, les problèmes de gouvernance locale auxquels nous, élus locaux sommes confrontés, mais, surtout de mutualiser nos moyens pour offrir aux populations de meilleures conditions de vie », a introduit Armand Pierre Béouindé, maire de Ouagadougou, promoteur du projet Grand Ouaga.

Ce projet vient pour régler la gestion des déchets, l’accès à un logement décent et la construction de logements sociaux, qui sont mis à mal par la croissance accélérée de la capitale du Burkina Faso.  Selon Armand Béouindé, la commune de Ouagadougou accueille 200 000 personnes par an.  Le premier responsable de la commune de Ouagadougou, a apprécié la convergence des points de vue des exécutifs municipaux sur la question. Il a ensuite souhaité que « Komki-Ipala soit le départ d’une nouvelle vision de la gestion des villes à visage humain ».

Durant ces 48 heures de concertation, il est prévu des communications d’intérêt général afin de proposer « des outils stratégiques qui permettront de gouverner cet espace territorial au niveau de la mobilité urbaine, du transport en commun ainsi qu’au niveau de ruissellement des eaux pluviales à l’échelle de ce grand ensemble », a ajouté le promoteur de projet Grand Ouaga.

« Un financement à hauteur de 5 millions d’euro de la part de l’Union Européenne »

ONU-HABITAT, une institution holigène engagée dans la démarche métropolitaine des villes s’est engagée à soutenir techniquement et financièrement le projet.  « En tant que partenaire, nous sommes prêts à accompagner ce projet que nous avons commencé depuis septembre 2019 », a signifié Yombi Ouédraogo, représentant de ONI-HABITAT.

Afin de mettre ensemble les compétences et les potentiels économiques afin de soulager les populations, cet accord se veut également le début d’une gestion efficace de l’espace concerné. Ce désormais Grand Ouaga a déjà « bénéficié d’un financement à hauteur de 5 millions d’euro de la part de l’Union Européenne pour nous outiller sur le développement économique de tout le territoire et de nous équiper en termes d’infrastructures », a informé Armand Pierre Béouindé.

Akim KY (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. Donner nous une communication sur le niveau d implication de la population de base: elle doit être associée du début à la fin du projet.. On vous suit de près.
    Aussi agrandir la superficie d une ville n résolve pas le problème de densité. Il faut juste des visons de long terme en mettant en place modèle d urbanisme…
    Quand je vois avec tous ses expert en urbanisme, des architectes et tout le bataclan on peut distribuer des parcelles sans penser à viabiliser ….
    Des fils électriques qui pendent de part et d autre…. Aucun esthétique..

  2. Que disent les populations au sujet de ce projet monté en leur nom ? Ont-elles la possibilité d.’exprimer leurs besoins et leurs attentes ? Oubien est-on une fois encore en train de mettre en place un autre marché de dupes ?

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *