Sommet G5 Sahel : le Tchad va déployer 1200 soldats dans la zone des «trois frontières»

285 0

Le sommet des chefs d’États du G5 Sahel, ouvert ce lundi 15 février 2021 est exceptionnellement élargi à plusieurs autres pays de la région en raison des tentacules persistantes des réseaux terroristes. L’Union européenne et les pays arabes siègent également à cette rencontre en qualité de partenaires. Il est question depuis l’ouverture de ce sommet qui clôt ses portes aujourd’hui mardi 16 Février de mener des réflexions portant sur l’avenir de cette organisation dont la mission est de mettre un terme au terrorisme dans cette partie de l’Afrique.

Dans un tweet de la présidence tchadienne, le président Idriss Déby Itno a annoncé en marge du sommet du G5 Sahel à Ndjamena, ce lundi 15 février le déploiement de 1200 soldats dans la zone dite des « trois frontières » située entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, pour lutter contre les groupes terroristes.

Cet envoi est l’exécution d’une promesse faite au Sommet de Pau en France en 2020 mais avait été retardée par la menace jihadiste grandissante sur les bords du lac Tchad et le désaccord constant entre le Tchad et ses partenaires sur les modalités de ce déploiement.

Alors, au moment de passer le témoin à son homologue tchadien, le président mauritanien, Mohamed Ould El-Ghazaouani qui présidait jusque-là le G5 Sahel, a tenu à rendre hommage à Idriss Déby pour cette décision :

« Je voudrais lui exprimer toute notre reconnaissance pour les efforts et sacrifices que le Tchad ne cesse de consentir en faveur de la paix et de la sécurité dans la région. Je citerai en particulier sa décision de déployer un deuxième bataillon au profit de la force conjointe du G5 Sahel », a exprimé le président mauritanien, Mohamed Ould El-Ghazaouani avant de passer le témoin de la présidence du G5 Sahel à son homologue tchadien.

Pour le président de la commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat, l’un des défis majeurs dans cette lutte contre le terrorisme est la mobilisation de troupes plus étoffées face à l’intransigeance de ces déstabilisateurs. « Notre constant plaidoyer se poursuivra pour la mobilisation des ressources et la montée en puissance de la force conjointe du G5 Sahel en coordination avec le secrétariat exécutif », a-t-il indiqué.

Sur la table des participants à ce sommet de Ndjamena, il va s’agir à ce dernier jour de conclave, aujourd’hui 16 Février 2021, d’aborder les questions sécuritaires mais aussi le développement de cette partie de l’Afrique en proie à la menace terroriste qui s’étend vers les façades maritimes Est et Ouest de l’Afrique.

L’Alliance Sahel qui regroupe vingt-cinq contributeurs aux projets de développement au Sahel a annoncé ce lundi 15 Février, le décaissement de trois (3) milliards d’euros des ressources additionnelles. « (…) Une partie à peu près, 40%, de ces trois milliards sont déjà en cours d’exécution, le reste doit être programmé mais c’est aussi un symbole clair de la priorité que la communauté internationale donne à ses partenaires au Sahel », a déclaré Arancha Gonzales Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères, présidente de l’Alliance.

Participe à ce sommet, président en exercice de la Cédéao, le Ghanéen Nana Akufo Ado, du fait du débordement opéré par le terrorisme dans l’ensemble des pays Ouest africains.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *