Burkina Faso : Un nouveau livre pour protéger les choix du mariage

211 0

Des étudiants en filière de Droit, Kathya Nassouri et Zeba Moustapha ont présenté leur première parution titrée « La Loi burkinabè et les unions », ce 19 février 2021 à Ouagadougou. C’est un document de droit, détaillant le sens et la portée des différentes unions matrimoniales, notamment les unions libres publiques et le mariage civil. Il précise également la conception législative des unions.

En 2020, la commune de Ouagadougou  a enregistré 3462 mariages civils et 1400 dossiers de divorce ont été introduits en justice. Selon Zeba Moustapha, étudiant en Droit à l’Université « Thomas Sankara », le nombre important des divorces et des séparations tire en partie sa source dans la non maîtrise du sens juridique des différentes unions au Burkina Faso.

Les auteurs du livre

C’est pourquoi lui et Kathya Nassouri, également étudiante en Droit à l’Université Saint Thomas d’Aquin (USTA), ont produit un livre de droit traitant des unions. Le document est titré « La Loi burkinabè et les unions ».

Il a été produit dans l’objectif de porter à la connaissance du public la place et les conséquences que la loi burkinabè tire de leur éventuel choix opéré parmi les formes d’unions. Selon Kathya Nassouri, le document a été produit de sorte à protéger les célibataires et les mariés dans leurs choix de mariage.

Une traduction de l’ouvrage dans les langues locales est également prévue

Ce livre est épais de 84 pages et il est séparé en 2 parties. La première partie traite des implications des mariages célébrés avant et après l’adoption du code des personnes et de la famille du Burkina Faso de 1990. La seconde partie porte sur les règles applicables à la rupture de ces mariages et les conséquences qui en découlent.

La réalisation de ce document s’est faite avec l’accompagnement de la juriste Noelie Yaro, de l’avocat Prosper Farama et du magistrat Boukaré Sawadogo. Le projet a été reçu favorablement par ces partenaires qui ont bien voulu y apporter leur expertise et leurs moyens. « Les questions évoquées dans le document sont des problèmes auxquels il faut chercher des solutions », a confié maître Noelie Yaro.

Après sa sortie officielle, des exemplaires du document seront offerts à des autorités politiques, coutumières et religieuses. Une traduction de l’ouvrage dans les langues locales est également prévue, par les auteurs, pour atteindre les personnes issues des provinces reculées, afin de le disponibiliser aux personnes formées à l’école traditionnelle.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *