La « guerre » entre Facebook et l’Australie touche plusieurs services de secours

547 0

Depuis le jeudi 18 février 2021, Facebook empêche les internautes australiens de voir et de partager des liens ou informations provenant de médias nationaux et internationaux. Le média « Sydney Morning Herald », qui qualifie la décision de « stupéfiante », note que l’approche de Facebook est « différente de celle de Google, qui avait également menacé de quitter l’Australie », mais a finalement conclu des accords de plusieurs millions de dollars avec des éditeurs australiens pour l’utilisation de leurs contenus. 

Plusieurs services de secours en Australie sont affectés par le blocage du partage d’articles d’informations dans le pays depuis le jeudi 18 février 2021. Les pages servant à alerter la population en cas de feux de brousse, de cyclone ou d’épidémie ont également cessé de fonctionner, selon les autorités citées par « huffingtonpost.fr ».

En Australie, de nombreux services sociaux ont vu ainsi leurs pages perturbées sur le réseau social, au moment où plusieurs régions faisaient face à des situations d’urgence. La page du service météorologique gouvernemental « a été affectée par les soudaines restrictions de contenus par Facebook », a tweeté la ministre de l’Environnement, Sussan Ley, tout en demandant aux usagers de se rendre plutôt sur le site internet de l’organisme.

Des comptes ont été affectés par la décision de Facebook d’empêcher ses utilisateurs australiens de voir et de partager des liens d’informations provenant de médias nationaux ou internationaux. Les médias australiens, eux, vont être empêchés de publier leurs contenus sur les pages de la plateforme. Le réseau social a pris ces mesures en représailles à un projet de loi destiné à « forcer » les plateformes à rémunérer les médias pour la reprise de leurs contenus.

39 % des Australiens utilisent Facebook pour consulter l’actualité…

Selon huffingtonpost, la page Facebook du service des incendies d’Australie occidentale a également été effacée alors que l’État se préparait à des conditions de « danger d’incendie catastrophique ». « Incroyable. Invraisemblable. Inacceptable », a réagi la députée d’Australie occidentale, Madeleine King, tandis que les appels se sont multipliés pour que Facebook corrige rapidement la situation.

Les départements de Santé d’au moins trois Etats, qui publient régulièrement des mises à jour sur la pandémie de coronavirus à des centaines de milliers d’Australiens ont également été impactés, ainsi que plusieurs comptes gouvernementaux. Les Pages Facebook du service national de lutte contre les agressions sexuelles et la violence domestique, et de certaines organisations caritatives apparaissaient vierges pour les internautes en Australie.

Le ministre australien des Finances, Josh Frydenberg, a déclaré qu’il s’était mis d’accord avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, « pour essayer de trouver un chemin vers l’avenir ». Facebook compte entre 16 et 18 millions d’utilisateurs quotidiens dans ce pays de 25 millions d’habitants, toujours selon huffingtonpost.fr qui cite des médias locaux.

D’après un rapport de l’université de Canberra sur l’actualité digitale en 2020 exploité par le Courrier International, 39 % des Australiens utilisent Facebook pour consulter l’actualité, et 49 % l’utilisent pour obtenir des informations concernant l’épidémie de Covid-19.



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *