Second tour de la Présidentielle au Niger : les populations attendent le jour de vote

403 0

Les Nigériens se rendront aux urnes ce dimanche 21 Février 2021 pour élire dans le cadre du second tour de la présidentielle, le successeur du Président Mahamadou Issoufou au terme de ses deux mandats constitutionnels. Mahamane Ousmane, le candidat de l’opposition et Mohamed Bazoum, soutenu par le parti au pouvoir, les deux finalistes de ce scrutin ont tenu leurs derniers meetings de campagne le vendredi 19 Février à minuit.

Le jeu des alliances bat son plein pour rallier la majorité des 7 millions d’électeurs nigériens pour ce second tour de la présidentielle au Niger. Le camp de l’ex-président de l’Assemblée Nationale en disgrâce avec le pouvoir de Niamey dont il en était un dignitaire a fait le choix de Mahamane Ousmane, le candidat de l’opposition. “Notre président Hama Amadou nous a demandé de le soutenir et nous exécutons à la lettre et volontairement toutes les instructions que Hama Amadou nous a ordonnées de suivre. Nous savons qu’il ne nous mettra pas sur la mauvaise voie, il veut notre bien-être. C’est pourquoi nous soutiendrons Mahamane Ousmane à 100 % “, insiste Abdoul-Razack Garbam partisan d’Hama Amadou.

Quant au candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, il affiche la sérénité convaincu du soutien de ses partisans et alliés. « Nous sommes prêts à aller aux urnes pour voter pour notre candidat de l’espoir, Elhadji Mohamed Bazoum. Toutes les femmes sont convaincues de la nécessité du programme “acte 3 de la renaissance”, qui a été bien élaboré, sur une base bien conçue, suite à la mise en œuvre du programme de renaissance de 10 ans de son Excellence Elhadji Issoufou Mahamadou », rassure Aïchatou Mani, responsable de la cellule mobilisation pour le candidat du pouvoir.

Mohamed Bazoum avait récolté lors du premier tour de la présidentielle dans ce pays en décembre 2020, 39,3 % des voix. Mahamane Ousmane avait recueilli 16,98% de suffrages. Ce scrutin s’était déroulé dans le calme mais le pouvoir sortant redoute une volonté de l’opposition de déstabiliser le pays. Selon Moctar Karidio, du PNS, ces derniers seraient en train de ‘’se préparer pour contester systématiquement les résultats et pour pousser les jeunes dans la rue à la contestation”.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *