Burkina Faso : Un débrayage au lycée Bogodogo

296 0

Conformément à leur préavis de grève de 72 heures, déposé le 24 février 2021 par les élèves du lycée Bogodogo de Ouagadougou, ces derniers ont manifesté le lundi 1er mars 2021. Il se sont plaints des accidents et de l’accès difficile, à l’entrée de leur lycée. Pendant leur manifestation, ces derniers ont barricadé la voie, empêchant la circulation. La Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) est intervenue pour rappeler les manifestants à l’ordre et l’accalmie est revenue.

La réfection de la Route nationale (RN) n°4 a causé le blocage de l’entrée principale du lycée Bogodogo de Ouagadougou. Cela oblige les élèves venant de l’échangeur de l’Est à dépasser la porte du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo pour aller tourner au rond-point en face du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) afin de rejoindre leur lycée.

Selon les élèves, les accidents sont monnaie courante du fait du blocage de l’entrée principale. « Depuis le début d’année jusqu’à présent, nous avons en moyenne 30 accidents et nous avons 5 cas qui sont plus graves. Le pire est que nous n’avons même pas d’infirmier permanent ici pour apporter les premiers soins à nos camarades qui sont souvent victimes d’accidents », a indiqué Maré Juda, élève en terminale D1 au Lycée Bogodogo.

« Il y a la CRS qui est venue nous dire que les autorités ont reçu notre message »

Pour lui, c’est dans le but d’anticiper le pire qu’ils ont voulu interpeler le gouvernement. « Nous sommes maintenant majeurs, nous ne pouvons pas nous asseoir regarder qu’il y ait mort d’un de nos camarades avant d’agir », a-t-il justifié.

Selon Maré Juda, le message des élèves est arrivé à destination. « Nous avons réussi. Il y’a la CRS qui est venue nous dire que les autorités ont reçu notre message ».  Mais en cas d’inaction de la part des autorités, les élèves se disent prêts à mener à bout leur lutte, entamée depuis le 4 décembre 2020. « Nous leur avons donné deux semaines. S’ils ne réagissent pas, nous ne sommes pas là pour reculer », a prévenu l’élève de terminale D. Il a fait savoir que sortir et retourner chez eux en bonne santé représente un défi, vue les nombreux accidents.

L’administration du lycée a expliqué que ce blocage a été l’objet de discussions avec la société, COGEB, en charge des travaux de la voirie. « Des échanges avec le représentant de COGEB, il s’avère que la réalisation de la voie est issue d’une étude qui a pris en compte un certain nombre de contraintes et de besoins de sécurité, raison pour laquelle ils ont prévu aménager une voie côté Ouest en élargissant le portail qui deviendra la porte principale », a expliqué Madi Compaoré, le proviseur du lycée Bogodogo.

« Le trafic sera intense et que ce n’est pas intéressant pour la sécurité des élèves »

Pour ce qui est de l’ancienne entrée principale, les élèves avaient demandé l’installation d’un feu tricolore pour régulariser la circulation. Cependant, « selon COGEB, le trafic sera intense et ce n’est pas intéressant pour la sécurité des élèves eux-mêmes d’ouvrir la voie qui fait directement face à l’hôpital », a confié le proviseur.

Pour Madi Compaoré, les accidents surviennent car « les élèves disent qu’ils ne peuvent pas continuer pour aller prendre le rond-point pour revenir, que c’est trop long pour eux. Le matin, ils coupent la voie à partir de Yalgado et ils roulent en sens interdit pour avoir accès à l’établissement, ce qui est déjà grave car ils sont en infraction ».

Le proviseur a rassuré les élèves que l’autorité est déjà informée et les invite au respect du code de la route pour leur propre sécurité.

Akim KY (stagiaire)

Burkina 24


Photo : Agence d’information du Burkina 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *