Covid-19 au Ghana: le président Nana Akufo-Addo a reçu la première injection de vaccin Covax

287 0

Le président Nana Akufo-Addo, 76 ans, après la réception de la première livraison mondiale de vaccins Covax le mercredi 24 Février 2021, a reçu une injection de vaccin Oxford/AstraZeneca. Les images ont été diffusées en direct par la télévision nationale ghanéenne ce lundi 1er Mars 2021.  

«Il est important que je donne l’exemple et montre que ce vaccin est sûr», a déclaré le chef de l’État ghanéen après s’être fait injecter le vaccin Covax contre le Covid-19 ce lundi 1er Mars 2021 en direct sur la télévision nationale de son pays.

L’initiative Covax fait partie d’un dispositif qui vise à fournir des doses gratuites censées lisser les inégalités entre pays riches et à faibles revenus face à l’approvisionnement en vaccin.

Le Ghana avait été le premier pays à bénéficier de ce programme  après que l’Organisation de la Santé ait reconnu la qualité d’un plan de « déploiement solide et des restrictions sanitaires bien en place ». Selon RFI, le Ghana avait dû prouver que son personnel de santé et ses équipements de chaîne du froid étaient prêts à soutenir une distribution rapide.

La première phase de vaccination débute ce Mardi 2 Mars 2021 à travers tout le pays, en priorité dans les villes d’Accra, Kumasi et Obuasi, où le nombre de contaminations est particulièrement élevé.

Les professionnels de santé en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 seront les premiers à être vaccinés, les personnes à la santé fragile et les personnes de plus de 60 ans ; mais également une brochette de hauts responsables politiques et religieux triés sur le volet.

Le défi majeur sera alors de convaincre les populations à converger vers les points de vaccination contre la Covid-19. En vue de rassurer, Dr Richard Mihigo  de l’OMS, a tenté de battre en brèche les fausses informations et les théories du complot de plus en plus partagées. « Je voudrais rassurer les populations non seulement ghanéennes, mais également à travers toute l’Afrique. Les vaccins utilisés sont efficaces, sont sûrs, et là où ça a été administré, dans plus de 80 pays maintenant, nous n’avons pas enregistré d’effets secondaires importants », a-t-il indiqué avant de promettre que les personnes vaccinées qui pourraient subir des effets secondaires graves par le biais du programme Covax seront indemnisées.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *