Transition énergétique au Burkina : Des centres de formation reçoivent du matériel didactique

306 0

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Appui à la Compétitivité de l’Afrique de l’Ouest (PACAO-BF), l’Agence Nationale des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique (ANEREE) a procédé à la remise de matériels à des centres de formation ce lundi 1er mars 2021. D’un coût total de plus de 58 millions de francs CFA, le matériel doit intervenir dans la formation des jeunes. Et ce, pour l’atteinte des objectifs du département de Dr Bachir Ismaël Ouédraogo.

Avec un fort potentiel solaire, le Burkina Faso a fait le choix d’effectuer une transition énergique vers les énergies renouvelables et particulièrement vers l’énergie solaire. Et pour y arriver, le ministère en charge de l’énergie mène de nombreuses activités. Cependant, l’atteinte des objectifs se heurte à des défis tels que la qualité des équipements et des techniciens. Aux avant-postes pour diriger cette transition énergétique, l’ANEREE œuvre dans la formation des techniciens, la disponibilisation du matériel et la régulation du milieu.

A cet effet, l’ANEREE a déjà formé plus de 5 000 jeunes en 2019 et plus de 2 000  en 2020. Le tout dans un souci de mettre des techniciens qualifiés sur le marché. L’objectif pour la structure de Issouf Zoungrana est d’arriver à former 5 000 jeunes par an à partir de 2021. « C’est un combat de longue haleine et nous sommes conscients. Nous sommes optimistes et convaincus que ce défi sera relevé », a laissé entendre le directeur général de l’ANEREE, Issouf Zoungrana.  Selon ses propos, sa structure bénéfice de l’accompagnement de partenaires comme l’Union Européenne à travers le PACAO.

« Jadis une calamité pour les Burkinabè, le soleil constitue aujourd’hui un atout »

Dans le cadre de cet accompagnement, le projet PACAO a mis à la disposition des centres de formation, 100 maquettes didactiques. Destiné aux formations pratiques dans le domaine du solaire, le matériel est rassemblé en kits de travaux pratiques. « Nous avons identifié les centres par région afin de pouvoir les former et les doter en kits solaires afin qu’ils puissent bien former les jeunes », a expliqué Issouf Zoungrana. Sur la nécessité du présent matériel, le directeur général de l’ANEREE est « on ne peut plus confiant » sur son importance. L’objectif ultime est de « travailler pour que le Burkina Faso devienne le leader en matière de solaire dans la sous-région, de l’Afrique ».

« Jadis une calamité pour les Burkinabè, le soleil constitue aujourd’hui un atout », de l’avis de Issouf Zoungrana. Pour lui, les premières autorités du pays ont pris conscience de cette situation. En effet, le « pays des Hommes intègres » aura 16 centrales solaires d’ici la fin de l’année 2021 selon les dires du directeur général de l’ANEREE. Le tout dans le but d’arriver à une réelle transition énergétique. Du côté des bénéficiaires, l’on salue la venue du matériel qui va sans doute accroitre les capacités d’accueil des centres de formation.

Le matériel a coûté environ 58 millions de francs CFA

En guise d’information, il faut retenir que le programme d’Appui à la Compétitivité de l’Afrique de l’Ouest (PACAO-BF) est un projet de l’Union Européenne pour 16 pays d’Afrique (les pays de la CEDEAO plus la Mauritanie) qui s’étend sur 4 ans (2020-2024). « Par pays, ils ont choisi d’accompagner des secteurs innovants. Au Burkina, ce sont trois filières qu’ils accompagnent. Et c’est l’apiculture, les services du solaire et les huileries », a expliqué le chef de projet PACAO, Saydou Namanegué. Selon ses propos, il y a une panoplie d’activités qui sont prévues dans le cadre du PACAO.

On a, entre autres, la remise de bourses de formation, l’ouverture d’un guichet pour les projets dans le solaire et la création d’un marché virtuel solaire.  Pour la présente remise, le matériel a coûté environ 58 millions de francs CFA. Les kits sont composés, entre autres, de 2 cordons de raccordement, 2 modules solaires, 2 batteries solaires, 1 convertisseur, 1 protection parafoudre et un tableau d’apprentissage d’une installation solaire sur un site isolé. Les centres bénéficiaires sont répartis sur toute l’étendue du territoire.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *