Clément Sawadogo : « On n’accepte pas n’importe qui au sein de la majorité présidentielle »

424 0

L’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) se renforce. Onze nouveaux partis l’ont rejointe officiellement ce jeudi 4 mars 2021 au cours de la première activité publique de l’alliance à Ouagadougou.

Bilan des élections couplées du 22 novembre 2020, nomination du Premier ministre, mise en place du gouvernement et nouvelle configuration du paysage politique burkinabè. Tels ont été les points introductifs de la rencontre entre les responsables de l’APMP et les journalistes ce jeudi 4 mars 2021.

« Cette victoire au premier tour de l’élection présidentielle signifie sans nul doute une adhésion et une appréciation positive par notre peuple de la mise en œuvre du programme présidentiel du premier mandat », s’est félicité Clément Sawadogo, Coordonnateur de l’APMP, qui salue au passage la confiance renouvelée du peuple.

« L’esprit rassembleur » du Président Roch Marc Christian Kaboré

C’est, selon lui, fort des acquis du mandat passé et s’inscrivant dans une dynamique de la continuité et du renforcement desdits acquis que le Président du Faso a reconduit Christophe Dabiré au poste de Premier ministre.

Sur la composition de la nouvelle équipe gouvernementale, l’APMP dit faire la lecture, d’une part, d’une recherche d’efficacité de l’action gouvernementale et l’obtention de résultats rapides et probants, et d’autre part, de la nécessité d’une démarche de cohésion harmonieuse dans la mise en œuvre des chantiers du programme présidentiel.

« C’est récemment qu’il nous a été signifié l’intérêt du MPS pour adhérer à la majorité. En ce qui me concerne, c’est seulement dans la journée d’hier (3 mars 2021) que j’ai été saisi de cette volonté du MPS. Et on apprend effectivement qu’il y a une déclaration sur ça de la part de ce parti. Dès lors que notre principe est d’ouvrir, à priori, on ne voit pas pourquoi on va refuser l’adhésion du MPS. Mais, le MPS et nous, on doit s’assoir d’abord, marquer les limites, regarder bien ce que nous allons et nous pouvons faire ensemble. Et aux termes de cela, s’il n’y a pas d’inconvénients majeurs, on va acter son adhésion. Mais alors, il y a comme quelque chose qui se dessine : Est-ce que ce n’est pas le clan de l’insurrection qui se réconcilie ? C’est cette lecture politique qu’il faut avoir. Tant mieux ! C’est ce qu’on devrait faire depuis le début. Si après ces contours, ces détours et ces contorsions, on finit par se retrouver, tant mieux. La question du pouvoir, pour moi, ne sera jamais une question de partage de gâteau »

Clément Sawadogo

Aussi, a indiqué Clément Sawadogo, la création du ministère en charge de la réconciliation nationale témoigne de « l’esprit rassembleur » du Président Roch Marc Christian Kaboré, et du « comportement républicain » qui anime les acteurs politiques burkinabè.

Ce mouvement entraîne une nouvelle configuration du paysage politique national avec l’arrivée dans les rangs de la majorité de onze partis politiques et une nouvelle opposition politique et un nouveau Chef de file de l’opposition.

Suspension du stade du 4-Août : Ce qu’en pense Vincent Dabilgou 

L’AFD, l’APR/Tilgré, le MAP, le PMP, le PNDS, le PRD, le PUR, l’UFDP, le CNP, l’ATB, et l’URD sont les onze partis politiques qui viennent de rejoindre la majorité. A écouter Clément Sawadogo, coordonnateur de l’APMP, 22 demandes d’adhésion ont été enregistrées. 

Les onze autres restantes sont toujours en cours d’observation ou de traitement. Le total des partis membres de la majorité est désormais 71. « La majorité présidentielle se renforce. Il faut consolider les acquis », a dit Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président de l’UNIR/PS. « Mais, on n’accepte pas n’importe qui au sein de l’APMP », a tenu à préciser Clément Sawadogo.

La suspension du stade du 4-Août par la Confédération africaine de football (CAF) est revenue dans les échanges. Vincent Dabilgou, Président du NTD, par ailleurs, Ingénieur en Génie civil, a pointé du doigt le manque d’entretien et de maintenance du plus grand stade du Burkina Faso. En termes de proposition, il a émis l’idée de faire un état des lieux de l’ouvrage, de le réhabiliter rapidement s’il le faut et en fonction du coût ou de voir s’il ne serait pas mieux de construire un nouveau stade.


 



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *