Eau, environnement et urbanisme au Burkina : L’heure est au bilan des activités de 2020 et du PNDES

272 0

Les ministères en charge de l’eau, de l’environnement et de l’urbanisme tiennent leur première revue annuelle ce vendredi 5 mars 2021 au titre de l’année en cours. Il est question de faire le bilan des résultats engrangés pendant l’année écoulée et ressortir des perspectives pour la période 2021-2023. 

Le bilan du plan national de développement économique et social (PNDES) sera aussi revu au cours de cette rencontre. Mais, en ce qui concerne le bilan des réalisations engrangées au cours de l’année 2020, le ministre de l’eau, Ousmane Nacro, par ailleurs président du cadre sectoriel de dialogue environnement, eau et assainissement, a souligné que nonobstant des difficultés sécuritaires, techniques, financières et sanitaires rencontrées au cours de l’année écoulée, cela n’a pas empêché leurs secteurs d’enregistrer des résultats non “négligeables”.

En termes de résultats obtenus, il a évoqué entre autres la réalisation de 13,23 Km de canaux d’assainissement en HIMO à Koudougou, Dédougou et Tenkodogo, et de 181,64 Km de linéaire annuel de plantations d’alignement.

Les actions entreprises

« Le reboisement additionnel de 62,7 hectares d’espaces verts dans les communes urbaines et l’inspection de 21,69 hectares d’établissements classés. La réalisation de six nouveaux barrages, treize systèmes d’adduction d’eau potable multi-villages, 3056 forages neufs, 32 611 branches particulières, 58 788 latrines familiales et le recouvrement de 5,65 milliards de francs CFA au titre de la contribution financière soit 631,95 % du montant prévu », a relevé Ousmane Nacro.

Sur le bilan du PNDES, Ousmane Nacro a indiqué que sur seize indicateurs d’effets attendus, cinq ont atteint leurs cibles. “Un n’a pas pu être calculé, soit un taux d’atteinte des cibles des indicateurs de 33,33%“, a ajouté le ministre de l’eau.

Pour les produits, sur un total de 49 attendus, Ousmane Nacro a noté que 26 ont atteint et même dépassé leurs cibles. Il a expliqué que les 23 autres ont un taux d’exécution compris entre 0 et 90%. Selon ses propos, le taux d’atteinte des cibles des produits est de 53,06 %.

« Cette performance que nous qualifierons de moyenne est en partie due à l’insuffisance dans la planification des investissements et au contexte de notre pays durant cette période, caractérisé comme vous le savez, par l’insécurité dans certaines zones et la pandémie de Covid-19 qui ont engendré entre autres des régulations budgétaires », a-t-il poursuivi.

Gilles Chaussé, directeur général de l’agence française de développement

Les partenaires saluent les résultats obtenus

Les partenaires financiers par la voix de Gilles Chaussé, directeur général de l’Agence française de développement (AFD) saluent le niveau d’exécution du budget d’investissement du secteur qui, selon lui, s’établit à 69,41 % en 2020 ainsi que quelques résultats et produits de la période 2016-2020.

En termes de perspectives, les partenaires financiers veulent que le secteur accorde une attention significative à certaines mesures et actions. Parmi ces mesures et actions, il a cité entre autres l’élaboration de la stratégie de mobilisation des financements de la politique sectorielle “environnement, eau et assainissement”.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *