Cinéma : Apolline Traoré documente le combat des femmes qui ont marqué l’histoire du Burkina

285 0

Le film documentaire « Witba », une femme leader de la réalisatrice Apolline Traoré, a connu sa grande première ce vendredi 5 mars 2021 à Ouagadougou. « Witba » met en exergue le parcours et la contribution des femmes leaders dans le développement du Burkina Faso, et ce, depuis l’époque de la princesse Yennenga.

« Witba » retrace le parcours des femmes qui ont apposé leurs noms dans l’histoire du Burkina Faso, de l’époque de la princesse Yennegna, une amazone des années 1405 à 1450,  à laquelle est liée l’histoire du peuple mossi jusqu’à l’insurrection de 2014  et la princesse Guimbi Ouattara (1836-1919).  Des femmes leaders telles que Mariam Lamizana, Jacqueline Ki-Zerbo, Alice Triendrebeogo, Juliette Kongo et bien d’autres figurent dans le documentaire.

Ces femmes leaders sont impliquées dans le changement du Burkina Faso, aussi bien dans la société que dans la politique et l’économie du pays. Leurs combats dans l’évolution du pays sont mis en lumière dans le documentaire. « Witba » montre ainsi l’importance des femmes dans le développement de la nation et traduit aussi « la libération de la parole de la femme ».

À l’orée du 8-Mars, le film  veut montrer ces femmes, références, pour la génération actuelle et celle à venir.

Des avis à la sortie de la projection

 « Ce genre de film il faut le faire et le refaire. Il n’y a pas un pays au monde qui s’est fait sans l’apport des femmes. Souvent l’apport des femmes va jusqu’à 80 à 95%. Mais la phallocratie des hommes fait que l’on dit toujours que c’est l’homme qui est puissant », a laissé entendre Gustave Sorgho, acteur burkinabè.

Le film documentaire « Witba » « m’a permis de revoir l’histoire, ce que les femmes ont fait pour que nous soyons à l’instant T. Les femmes ont toujours été combattantes, et c’était bien de se remémorer notre histoire. On ne peut rien faire sans la femme », a dit Sanou Ezéchiel, un invité.

Cependant pour la réalisatrice, Apolline Traoré, il n’a pas été aisé pour elle d’obtenir les informations pour la réalisation du film, qui est son tout premier film documentaire car les archives sont rares sous nos cieux.

 « La base d’un documentaire ce sont les faits, et les faits, ce sont les archives. Malheureusement on manque énormément d’archives au Burkina », a-t-elle expliqué. Mais c’est à travers aussi des témoignages de parents que la réalisatrice a pu faire revivre les défis relevés pendant les parcours de ces femmes. Nonobstant tout cela, elle est arrivée au bout de ses efforts et « Witba » contribue sans doute à enrichir les archives du Burkina.

La grande première de « Witba » a connu la présence de l’épouse du chef de l’Etat, Sika Kaboré et des membres du gouvernement. Sika Kaboré a félicité Apolline Traoré pour avoir réalisé une telle œuvre. « L’œuvre nous montre au fil du temps comment est-ce que des femmes se sont distinguées dans un monde d’hommes pour faire évoluer la situation socio-économique des femmes ».

Deborah BENAO (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *