Burkina Faso : EducommunicAfrik  s’engage dans la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent

402 0

EducommunicAfrik a organisé ce mercredi 10 mars 2021 un atelier d’élaboration des messages clés, destinés à la production des outils de la campagne digitale et numérique. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet, «Impliquer les jeunes dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent au Burkina Faso, à travers l’éducation aux médias et à l’information ».

 

Quels messages peuvent servir à la campagne digitale et numérique  sur la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent ? En vue de  trouver une réponse à cette question, EducommunicAfrik a réuni des acteurs de plusieurs domaines afin de  produire des messages clés adaptés à la jeunesse qui est la cible.

En effet, il s’agit de formuler 100 formules de messages de sensibilisation adaptés à la production visuelle, 40 destinés à la production de tutoriels vidéo, 10 thèmes pour la tenue des webinaires. Il s’agit également de décliner 20 thématiques en sujet de quiz en ligne.

 Le  Président d’EducommunicAfrik, Cyrille Guel a affirmé que  l’atelier réunit des représentants des ministères dont  le ministère de la sécurité et  l’administration territoriale et  le Conseil Economique et Social. L’atelier consiste à « pouvoir élaborer des messages de sensibilisation contre les discours de haine et les discours incitant à la radicalisation des jeunes », selon le président.

Le président d’EducommunicAfrik Cyrille Guel avec à sa gauche Pr Serge Théophile Balima, accompagnateur et à sa droite Ilias Sawadogo, point focal jeunesse de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Burkina

 Le Professeur Serges Théophile Balima accompagne EducommunicAfrik dans son engagement. Selon lui, les jeunes sont de plus en plus exposés aux messages numériques, d’où la recherche de solution.

« Nous allons développer un atelier de production de messages essentiellement adressés à destination des jeunes parce qu’il s’agit de contribuer à la radicalisation activement à la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent », a déclaré le   Pr  Balima, enseignant chercheur en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication à la retraite.

“La jeunesse est un focus dans les différents axes de coopération

Le projet, «Impliquer les jeunes dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent au Burkina Faso, à travers l’éducation aux médias et à l’information », est financé par l’Ambassade du Royaume des  Pays-Bas, à hauteur de 400 000 euros.

Selon son point focal jeunesse au Burkina Faso, Ilias Sawadogo, l’Ambassade des Pays-Bas attache une grande importance, à travers ces différents programmes de coopération sur les questions de jeunesse.

« La jeunesse est un focus dans les différents axes de coopération qui ont été élaborés. C’est dans ce sens que surtout dans  l’axe de sécurité et l’état de droit, l’Ambassade des Pays-Bas souhaitent accompagner différents programmes qui contribuent à lutter contre l’extrémisme violent et la radicalisation auprès des jeunes », a-t-il lancé.

Ce  projet  qui vise à renforcer la résilience des communautés pour rejeter, prévenir et contrer la radicalisation a débuté en novembre 2020 et s’entend sur deux ans. Il intervient dans  quatre régions  ciblées. Il s’agit de la région du Sahel, du Centre-Nord, du Nord et de l’Est.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *