Ministère de l’enseignement supérieur  : Le capital humain au cœur des échanges

278 0

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) a tenu la première session de son Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) de l’année 2021, ce vendredi 12 mars 2021, à Ouagadougou. Cette rencontre a été placée sous le thème «Gestion rationnelle et efficiente des ressources humaines, une option stratégie d’optimisation des  structures du MESRSI ». Les acteurs du ministère ont également fait  le bilan de l’année écoulée et proposé des perspectives pour l’année en cours.

Réunis en Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM), les acteurs du  Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) ont fait le bilan des activités de 2020.  Il ressort de cette assise, que l’année 2020 a été éprouvante à cause de l’insécurité  et de la pandémie  du Covid-19.

Malgré ces difficultés, plusieurs activités sont été menées, selon Alkassoum Maïga, premier responsable du MESRSI. «Nous avons un taux d’exécution physique de 87,90% et un taux d’exécution financière au-dessus de 91%. Quand on connait la situation du pays par rapport à l’insécurité et la Covid-19,  c’est vrai qu’on aurait aimé faire mieux, mais on peut d’ores et déjà se féliciter du fait que nous n’étions pas loin de  90% du taux d’exécution physique », a-t-il ajouté.

Les acteurs du MERSI réunis pour le CASEM

Parmi ces activités figurent l’exécution des projets dont la finalisation du projet de construction de l’Université Thomas Sankara, la poursuite du projet du gouvernement « un étudiant, un ordinateur », la réalisation du bâtiment de l’Institut Des Sciences (IDS), les 25 ans de l’Université Nazi Boni et du Fonds National pour l’Education et la Recherche (FONER).

« …Créer des conditions  favorables à l’éclosion des talents »

Au regard du niveau de réalisation des infrastructures, notamment les universités, l’option d’améliorer les ressources humaines, en 2021, tant en nombre qu’en qualité est une nécessité. D’où le choix du thème, selon le ministre Alkassoum Maïga.

 « Les ressources humaines sont centrales dans la conduite des programmes d’activités. Il est important d’avoir des cadres convenables, mais il est impérativement important que les ressources humaines compétentes accompagnent ce cadre. Ici l’idée, c’est de créer des conditions de ressources humaines favorables à l’éclosion des talents », a-t-il insisté.

Il faut rappeler, que ce CASEM se tient tous les 2 ans afin de  faire un zoom sur ces activités et proposer des perspectives pour l’année en cours. Cette année, l’accent a été mis sur les ressources humaines du ministère. L’une des particularités de cette session est qu’elle intervient aussi au moment où le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) tire sa révérence.

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *