Réhabilitation du pont Nazinon sur la RN5 : L’ouvrage enfin ouvert à la circulation !

404 0

Le ministre des Infrastructures et du désenclavement, Eric Bougouma, accompagné de son collègue des Ressources animales et halieutiques, Modeste Yerbanga, et le député Daouda Azoupiou, a procédé à l’inauguration du pont traversant le fleuve Nazinon sur la Route nationale 5 (RN5). C’était le 16 mars 2021, sur l’axe Nobéré-Pô.

C’est accompagné également de ses collaborateurs et des autorités régionales qui ont grossi le cortège ministériel à Manga, que le ministre des Infrastructures et du désenclavement, Eric Bougouma, son collègue Yerbanga et le député Azoupiou (2 fils de la région) se sont rendus sur le désormais pont flambant neuf dont l’importance pour les échanges commerciaux entre le Burkina Faso et le Ghana, n’est plus à démontrer.

Les autorités procédant à la coupure du ruban marquant l’inauguration du pont

A notre arrivée sur les lieux, l’ancien pont construit dans les années 70 – en fort état de dégradation – ne passe pas inaperçu nonobstant la splendeur de son « successeur » qui le jouxte avec son magnifique visage. Tout comme la déviation imposée aux usagers de la route, l’état de cet ancien pont totalement dépassé témoigne à lui seul de l’ampleur du calvaire que vivaient les usagers qui empruntaient cet axe.

Pendant que la mission de contrôle explique sur le pont le projet aux autorités, les usagers qui continuent de respecter scrupuleusement à leur corps défendant la règle de la déviation avec son corollaire de poussière, ne se doutent pas que leurs angoisses prendront fin dans quelques instants. En effet, le nouvel ouvrage, pont à poutre en béton armé, « d’une longueur de 60 m et d’une largeur de 10 m », de l’avis du ministre Eric Bougouma, est prêt à contenir la furie des eaux et le poids des engins. Ce, d’autant plus que « les tests de charge effectués deux semaines plus tôt, ont été concluants » en la matière, selon le ministre Bougouma paraphrasant la mission de contrôle, AGEIM/DECO.

Le ministre des Infrastructures et du désenclavement, Eric Bougouma, a salué la patience des usagers de la RN5

L’ouvrage qui permet désormais de franchir aisément le fleuve Nazinon sur la RN5, vient soulager plus d’un. « Après 10 ans de calvaire vécu par les populations, nous disons merci au gouvernement pour ce joli joyaux qui va beaucoup nous soulager. Il permettra d’éviter les accidents car ces dernières années, beaucoup de camions sont tombés ici», a déclaré le maire de Pô, Victor Azangouyo, après la coupure du ruban marquant l’ouverture du pont à la circulation. « On peut enfin dire ouf, pour la sécurité. Ouf, pour le confort qui sera offert aux usagers de cette route », a abondé dans le même sens, la gouverneure du Centre-Sud, Josiane Kabré, qui a salué l’esprit de sacrifice du gouvernement burkinabè qui a déboursé près de 2 milliards de francs CFA pour réaliser l’ouvrage de franchissement.

« Plus d’inquiétude à monter sur le pont »

Au terme de l’inauguration de l’ouvrage, le ministre Bougouma alias « Le bulldozer national » a confié ceci : « Sur ce pont, c’était plus qu’un casse-tête, une épreuve difficile, des risques importants aussi bien en temps normal qu’en temps de pluie, puisque le pont était régulièrement submergé ».

Avant de soutenir la solidité de l’ouvrage réalisé par la société Fadoul Technibois, en ces termes : « Nous avons repris la chaussée pour qu’elle puisse être suffisamment robuste avec du béton bitumineux sur du grave bitume, pour qu’il n’y ait plus d’inquiétude pour monter sur le pont ». Le ministre a poursuivi en notant que la réalisation de l’ouvrage est conforme à la volonté du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui avait instruit en 2016 de mettre les bouchées doubles pour la « renaissance » du pont.

La gouverneure de la région du Centre-Sud, Josiane Kabré, répondant à la presse

Car, justifie-t-il, « Cette route est une des portes principales d’entrée dans notre pays à partir du Ghana. Il y a aussi le port de Téma, l’un des plus dynamiques par lequel passent les marchandises de notre pays ». Après quoi, les usagers ont été autorisés, séance tenante, à « glisser » sur le pont dont la voie d’accès a été revêtue en béton bitumineux d’épaisseur 5 cm sur environ 1000 mètres.

Après quoi, le ministre Bougouma et sa suite ont mis le cap sur Pô où ils ont visité le tribunal de grande instance et la maison d’arrêt et de correction de ladite commune. Ce, en prélude à des travaux préparatoires à effectuer pour le bitumage des voies d’accès à ces deux infrastructures ; le ministre ayant instruit ses services techniques dans ce sens.

Adama KABORE

(Correspondance particulière)



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *