Journée mondiale de l’Eau : La gestion rationnelle de l’eau au cœur de la commémoration

Le musée national de l’Eau, en  collaboration avec le Water Aïd Burkina Faso, ont commémoré, comme à l’accoutumé, la Journée Mondiale de l’Eau (JME), ce lundi 22 mars 2021. Tenue à Ouagadougou, cette célébration, placée sous le thème « place de l’Eau dans nos sociétés et comment la protéger », a été une occasion pour les deux acteurs réunis de rappeler la nécessité de conter l’histoire de l’Eau tout en insistant sur la gestion rationnelle de celle-ci.

Le musée national de l’Eau en  collaboration avec le Water Aïd Burkina Faso, ont commémoré la Journée Mondiale de l’Eau (JME), ce lundi 22 mars 2021, dans la commune de Loumbila.

Cette journée a été un cadre pour le musée de mettre en exergue les valeurs historiques  du liquide précieux. Selon Alassane Samoura, coordonnateur du musée, l’eau est une valeur très importante pour la vie et cela, on ne peut le connaitre que si on connait son histoire, pour les peuples respectifs.  « Le musée national de l’Eau, c’est un rassemblement de patrimoine culture matériel, immatériel  de l’Eau dans un espace dédié à éduquer, sensibiliser la jeunesse montante, sur la place importante de l’Eau pour nos sociétés », a-t-il expliqué.

Cette journée  a aussi été  un cadre de plaidoyer au niveau des autorités politiques pour que des actions soient entreprises dans la gestion rationnelle de l’eau.  « Dans ce musée, nous mettons en valeur les connaissances endogènes des personnes traditionnelles. Vous savez, pour parvenir au développement, c’est-à-dire faire en sorte que l’Eau soit accessible à tous, les autorités doivent songer à associer les valeurs culturelles à la connaissance rationnelle. L’un sans l’autre ne fonctionnera pas. C’est pourquoi dans ce musée, nous mettons en lumière les connaissances des sourciers  », a lancé le coordonnateur du musée.

Célestin Kouya, représentant du directeur pays de Water Aïd, a quant à  lui orienté la célébration vers l’interpellation des acteurs, sur la nécessité d’entreprendre des actions, vue la situation des chiffres. « Ces journées nous permettent  d’interpeller le gouvernement. Au 31 décembre 2020, nous étions à 76,4% de Burkinabè qui ont accès à l’eau. Qu’en est-il de la situation des 23,6%, c’est alarmant. Nous sommes étonnés de voir que 55 villages, aujourd’hui, dans ce pays n’ont pas accès à l’eau potable. Il faut que le gouvernement revoie ses actions », a-t-il insisté.

En rappel, le musée de l’Eau a été inauguré en ce jour. Il s’est fixé pour objectif, la  collaboration et la participation de la population dans la gestion effective de l’Eau au Burkina Faso. Il envisage aussi obtenir l’engagement du gouvernement quant à la gestion des infrastructures liées au précieux liquide.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina 24

  



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page