Fédération provinciale de l’UNIR/PS du Sanguié : Zéphirin Yogo tire un bilan positif de sa gestion

244 0

Après une année passée à la tête de la fédération provinciale de l’Union pour la Renaissance/Parti Sankariste du Sanguié, le président de la fédération a rencontré la presse ce vendredi 26 mars 2021 afin de dresser son bilan. A ce rendez-vous, il a aussi annoncé les couleurs pour son parti au niveau du Sanguié lors des prochaines échéances électorales en 2022.

Porté à la tête de la fédération provinciale de l’UNIR/PS du Sanguié en mars 2020, Zéphirin Yogo dresse « un bilan positif » de sa gestion. Comme acquis majeurs de sa présidence, il a entre autres cité le poste d’élu national remporté en novembre 2020 et  « un meilleur maillage » du parti au sein de la province. Et ce, en dépit de la pandémie du Covid-19 qui a porté un coup à bon nombre d’activités. « Aussitôt arrivés, nous étions confrontés à la question de la pandémie. C’était difficile de nous rendre sur le terrain pour mener nos activités », a déclaré Zéphirin Yogo.

« Il est difficile de faire la politique sans l’argent »

Néanmoins, la direction fédérale provinciale a su mettre en œuvre une « bonne stratégie » pour arriver à atteindre ses objectifs selon les propos de son  président. « A partir de mars 2020 jusqu’aux élections, nous avions travaillé à élargir les bases et trouver la bonne stratégie », a expliqué Zéphirin Yogo. Sur la stratégie en question, il a indiqué qu’une bonne partie consistait à trouver parmi les militants « le candidat idéal » pour conduire le parti sur le chantier des élections législatives de novembre 2020. Ainsi, Edasso Bayala a été choisi comme tête de liste du parti dans la province.

Passé cette phase de préparation, le parti a entamé les élections « avec la plus grande sérénité ». Cependant, la bataille s’annonçait dur dans la province du Sanguié avec les autres partis qui étaient aussi bien représentés. Sur cette question, le président fédéral a expliqué que le parti était focalisé sur la réussite et non sur la stratégie des autres. Pour lui, même si l’argent est acteur majeur dans des élections, cela n’a pas été le cas pour l’UNIR/PS dans le Sanguié. « Il est difficile de faire la politique sans l’argent. Mais si c’était l’argent le facteur déterminent, nous ne serions pas au rendez-vous », a-t-il laissé entendre.

Municipales de 2022, l’UNIR/PS « confiant et convaincu »

Selon ses propos, c’est « la mobilisation des militants » qui a donné un bon résultat au parti au Sanguié à la sortie des échéances électorales de novembre 2020. « Nous devons surtout notre victoire à l’engagement des jeunes. C’est la première fois que je voyais des jeunes se lancer dans une bataille avec autant d’ardeur », a ajouté Zéphirin Yogo. Une mobilisation qui s’explique elle-même par la responsabilisation des jeunes du parti lors du scrutin du 22 novembre. La fédération de l’UNIR/PS du Sanguié entend continuer dans cette lancée afin de maintenir et renforcer la présence du parti dans les 46 villages et les 10 communes de la province.

Abordant la question des élections municipales de 2022, Zéphirin Yogo a indiqué que le report a sonné comme « un soulagement pour eux ». « Pour vous dire la vérité, on venait de sortir des législatives tout fatigués, physiquement, financièrement et sur tous les plans. On avait besoin de récupérer pour repartir sur le champ de bataille », a dit le président fédéral provincial de l’UNIR/PS du Sanguié. Sur les chances du parti en 2022, il s’est dit « optimiste et convaincu » du succès du parti de l’œuf dans les communes du Sanguié. Pour lui, le parti s’est positionné comme « la deuxième force politique » dans la province. N’oubliant pas que la politique n’est pas mathématique, il préconise le travail continu pour y arriver.

Zéphirin Yogo candidat pour un mandat de maire

Pour son compte personnel, Zéphirin Yogo entend se présenter aux prochaines élections municipales pour tenter de briguer un mandat de maire notamment dans son village. Sur les réalités et les attentes des populations de la province du Sanguié, il a expliqué que ce sont presque les mêmes que partout autre ailleurs. Il s’agit entre autres des questions d’éducation, d’eau, d’infrastructures, de développement et de santé. En guise d’information, il faut retenir qu’un président fédéral de l’UNIR/PS a un mandat qui court jusqu’au prochain congrès après chaque élection.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *