Litige foncier à Ouagadougou : L’attribution de réserve qui fâche

Ce dimanche 28 mars 2021, des riverains du secteur 28 de l’arrondissement n°6 de Ouagadougou, ont organisé une rencontre pour dénoncer l’occupation « illégale » d’une Reserve Administrative, par un particulier. Il s’agit de la parcelle 00 du lot 17, section 514, du secteur 28.

Le 04 décembre 2020,  l’arrêté n°2020-3586-MINEFID/SG/DGI/DADF porte une cession provisoire à A.K. de la réserve administrative du secteur 28. C’est à cet effet que les riverains du secteur ont organisé une rencontre ce dimanche 28 mars 2021, pour manifester leur mécontentement.

Adama Pezengo, participant au mouvement d’humeur a affirmé que  cette attribution n’a pas respecté les démarches administratives, en ce sens que le terrain est une réserve administrative, par conséquent il ne peut être attribué à un particulier.

 « Quand on dit l’Etat c’est nous tous. Comment peut-on attribuer toute une réserve de l’État à un particulier ? Nous aurions voulu un jour voir une école ou un dispensaire construit par l’État  à cet endroit pour nos enfants», a-t-il ajouté.

« Le maire ne soit pas au courant de cette attribution ».

Il s’est aussi penché sur le fait que le maire de l’arrondissement, ne soit pas informé de cet acte. « Vendredi, des individus sont venus nuitamment fixer des bornes. Sidérés, nous avons tenu à rencontrer le maire, chose que nous avons obtenu grâce à son 2e conseiller. Il est ressorti de cette rencontre que le maire ne soit pas au courant de cette attribution, même s’il constate la présence de l’arrêté. Comment quelqu’un peut avoir une parcelle sans que celui-ci ne soit au courant ? », s’est-il questionné.

Pierre Kaboré, un autre riverain de l’arrondissement, a quant à lui soutenu que l’occupant en question s’est présenté au secteur comme locataire et se proclame propriétaire à la fin. Il a  déploré ce manque de contrôle.

 « Après notre constat d’un dépôt sur le site en 2018, nous avons essayé de comprendre. A.K. nous a fait comprendre qu’il était juste en location pour quelque temps. A la surprise de tous, on voit des bornages et pire on nous sort un arrêté lui attribuant la parcelle. Voyez, c’est quand même étonnant ce manque de suivi », s’est-il indigné.

Pour la suite, les riverains espèrent voir leur dossier traité avec beaucoup de sérieux, afin d’éviter des désagréments. « Dans le cas contraire, nous nous réservons le droit aussi à l’usage de tous moyens que nous aurons, pour nous faire entendre », a conclu Pierre Kabore.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina24

 

 

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page