Transfert de l’organisation du Bac : Des élèves dans la rue à Ouagadougou

173 0

L’Association des Elèves du Secondaire de Ouagadougou (AESO), soutenue par d’autres élèves de divers établissements, ont organisé une marche de protestation, ce lundi 29 mars 2021 à Ouagadougou. Les manifestants ont présenté une plateforme revendicative liée à la décision ministérielle portant sur l’organisation du baccalauréat.

L’Association des Élèves du Secondaire de Ouagadougou (AESO), soutenue par d’autres élèves ont présenté, ce lundi 29 mars 2021, une plateforme revendicative. Cette plateforme contient entre autres les réformes du baccalauréat, du BEPC, et les multiplications des frais d’Association des Parents d’Elèves (APE).

Les élèves, après avoir marché jusqu’à leur ministère de tutelle, ont dénoncé une remise en cause « pure et simple » des acquis des luttes précédentes qu’ils avaient engrangés. Selon Mahamadi Ouédraogo, président de l’AESO, la sortie de ce matin vise à dire non au décret que le ministre de tutelle a adopté.

« Nous ne voyons pas l’intérêt de transférer cette organisation du baccalauréat, s’ils disent que la valeur ne va pas changer. Donc c’est mieux de le laisser à sa place », a déclaré Mahamadi Ouédraogo.

« Désormais, le Bac sera conditionné »

Il a indiqué que tout n’est pas clair dans cette affaire. Il a également ajouté que cette décision a été prise sans que tous les acteurs de l’éducation ne soient consultés. Ce qui les amène à dire « non » à ladite décision.

Le président de l’AESO a fait comprendre que « l’université ne sera plus accessible facilement parce qu’avant,  le Bac était le passeport pour l’université. Et que désormais le Bac sera conditionné ».

Les manifestants ne comptent pas s’arrêter là, si rien n’est fait. D’autres actions pourraient être envisagées après concertation si leurs revendications ne sont pas prises en compte. Les élèves ont, par ailleurs, été reçus par le secrétaire général du ministère en charge de l’éducation (MENAPLN), Kalifa Traoré, qui a rassuré qu’il transmettra leurs doléances à qui de droit.

Joël THIOMBIANO et Abdoul Gani BARRY (stagiaires)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *