Cohésion sociale, Paix et Covid-19 au Burkina Faso : Un atelier d’appropriation au profit des autorités locales

124 0

Dans le cadre du projet « Appui à la prévention des risques de détérioration de la cohésion sociale et de la paix dans le contexte de la riposte à la pandémie de Covid-19 aux points d’entrée et dans les lieux de détention au Burkina Faso », financé par le Fonds de consolidation de la paix des Nations Unies, le système des Nations Unies au Burkina Faso, de concert avec le gouvernement du Burkina Faso, a organisé un atelier régional d’appropriation dudit projet le mardi 30 mars 2021 à Dori.

Cette rencontre a été initiée pour deux raisons. D’abord pour permettre aux autorités régionales, provinciales et communales ainsi que les communautés de s’approprier les objectifs du projet, et ensuite impliquer ces derniers dans sa mise œuvre afin d’obtenir leur participation.

Ce projet, faut-il le rappeler, a pour vocation de contribuer à la prévention des risques de détérioration de la cohésion sociale et de la paix dans le contexte de la riposte contre la pandémie de Covid-19, aux points d’entrée et dans les lieux de détention au Burkina Faso. Et ce, pour garantir le respect des droits des justiciables et restaurer la confiance aux institutions.

Le Secrétaire général de la région du Sahel, Inoussa Kaboré, représentant le gouverneur, a affirmé que les actions retenues par ce projet entrent en droite ligne avec les objectifs et les politiques de développement que s’est fixé le gouvernement burkinabè en matière de promotion de cohésion sociale et de consolidation de la paix.

Il a indiqué que ce projet contribue à la réalisation de l’ODD 16, qui vise à promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, et assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place des institutions efficaces.

“Aussi, sa mise en œuvre renforce l’objectif 4 de la matrice d’actions prioritaires du programme d’urgence pour le Sahel, à savoir la consolidation des bases de la cohésion sociale et la résilience des populations et des territoires”, a-t-il confié.

D’après Inoussa Kaboré, les cibles prévisionnelles réalistes et concrètes du projet font la satisfaction du “gouvernement du Burkina Faso dans la mise en œuvre des politiques visant le relèvement et la résilience face aux impacts sociaux économiques engendrés par la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19“.

Les participants à l’atelier

Par ailleurs, il a expliqué que des dispositions sont prises pour garantir la bonne gouvernance du projet, à travers le respect des règles et procédures de l’État et du système des Nations Unies, “l’anticipation et la célérité dans le traitement des dossiers“.

À cet effet, il a invité les participants à s’impliquer afin de produire un document de planification de qualité à l’issue de la session.

Rappelons que le projet “Appui à la prévention des risques de détérioration de la cohésion sociale et de la paix dans le contexte de la riposte pandémie de Covid-19 aux points d’entrée et dans les lieux de détention au Burkina Faso”, est financé par le fonds de consolidation du secrétaire général des Nations Unies. Et mis en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Le projet s’étendra sur deux régions,  notamment le Sahel et l’Est. Les jeunes, femmes et les voyageurs sont, entre autres, les bénéficiaires.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

JNC 2012 : Tous les acteurs satisfaits

Posté par - 12 novembre 2012 0
La deuxième édition des Journées nationales de concertation Etat-ONG/associations de développement (JNC) s’est achevée ce vendredi 9 novembre 2012 avec…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *