Burkina Faso : La CNDH se dote d’un site web et d’un numéro vert

551 0

La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a procédé ce mercredi 31 mars 2021 au lancement de son site web. L’occasion a été saisie par les premiers responsables de la structure pour mettre en service son numéro vert. Le tout dans l’objectif d’aider la CNDH à remplir sa mission auprès des populations.

En tant qu’institution publique, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) intervient dans la promotion, la protection et la défense des droits humains au « pays des Hommes intègres ». Elle opère entre autres dans l’information et la sensibilisation sur les droits humains, la réalisation d’enquête sur les cas de violation des droits, la réception et le traitement des plaintes sur toute allégation de violation des droits humains.

Ajouté à ces dispositions, la représentation nationale a adopté une nouvelle loi le mardi 30 mars 2021, qui donne à la CNDH  la capacité spécifique d’intervenir dans la prévention de la torture et des pratiques assimilées. Selon le président de la CNDH, Kalifa Rodrigue Namoano, cette nouvelle disposition donne  à la commission de « l’importance et de l’espoir au plus haut niveau ». Malgré ce statut, la CNDH est encore dans la quête de partenaires et de document de planification de ses interventions. Fort heureusement, des partenaires comme l’Union Européenne sont à côté de l’institution pour la réalisation de ses objectifs.

Le site web de la CNDH

Rendre la CNDH « très proche » des populations

De l’avis de l’ambassadeur Wolfram Vetter,  la mise, en place de la CNDH est un progrès important dans le renforcement du cadre institutionnel de promotion et de protection des droits humains au Burkina Faso.  « Consciente du potentiel énorme de la contribution d’une institution de cette nature à l’avancée des droits humains dans un pays, l’Union européenne a accepté dans le cadre du partenariat de soutenir la CNDH », a indiqué Wolfram Vetter.   

Dans sa mission d’offrir des outils de promotion et de protection des droits humains, la Commission Nationale des droits Humains (CNDH) a procédé à une mise en service de son numéro vert et de son site web. A travers ces deux outils, elle veut accroitre sa capacité d’information sur ces activités et donner des moyens de saisine en ligne et sans coût de la commission. Selon le président de la CNDH, Kalifa Rodrigue Namoano, la mise en place de ces deux outils rentre dans le cadre de l’opérationnalisation de la structure.

« La création du numéro vert ainsi que du site de la CNDH participe à l’opérationnalisation de l’institution », a déclaré Kalifa Rodrigue Namoano. C’est donc une volonté manifeste des premiers responsables de l’institution de rendre la CNDH « très proche » des populations. Ainsi, ils veulent rendre la commission accessible et visible partout. A long terme, l’objectif visé est de rapprocher l’institution des populations. Et ce, dans le contexte actuel du Burkina Faso où souvent le besoin se fait sentir alors que la connaissance de l’existence de la commission n’est pas évidente.

La CNDH veut se rapprocher

Des perspectives

Sur les plaintes qui sont reçues par la CNDH, son président a expliqué qu’elles sont traitées de manière confidentielle. Aussi, les plaintes peuvent être déposées de façon anonyme sur le site web ou par le numéro vert. Comme perspectives, la commission réfléchit  sur des moyens tels que les messages et d’autres réseaux sociaux comme Watshapp afin de recevoir les plaintes et écouter les populations. Sur la durée de traitement d’un dossier, il faut noter qu’elle dépend de la complexité de la plainte.

En guise d’information, il faut retenir que la création du site web et le lancement du numéro vert sont inscrits dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Appui à la Commission nationale des droits humains pour la mise en œuvre de ses missions en matière de promotion et de protection des droits humains » et de la divulgation des outils par l’association du Barreau Américain Initiative pour l’Etat de Droit (ABA-ROLI) à travers son programme “Droits Humains et accès à la justice”, financé par l’USAID. 

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *